Partagez | 
 

 Un petit air de déjà vu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Un petit air de déjà vu...   Mer 6 Mar - 13:22


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Lorsqu’il passa les portes de la cité de Brèche, Aidan se laissa rapidement gagner par une certaine nostalgie. Cela faisait plusieurs mois qu’il n’avait pas remis les pieds par ici et les souvenirs qu’il en avait ne tardèrent pas à se manifester, que ce soit à la vue d’un coin de rue particulier ou d’une odeur savoureuse qui se dégageait d’un étal de fruits et légumes. On disait souvent qu’il était beaucoup plus facile de faire appel à sa mémoire lorsque les souvenirs étaient étroitement liés à une saveur ou à une odeur, et, d’une certaine manière, c’était probablement vrai. Ou peut-être que sa mémoire lui jouait simplement un tour, lui faisant croire qu’il se souvenait de tel ou tel étal, de tel ou tel décor alors qu’en fait, il ne s’agissait simplement que d’une impression de déjà-vu, car, après tout, ce genre de choses ne manquaient pas dans les villes et les Dieux savaient qu’il en avait visité un bon nombre. Parcourir le monde n’était pas de tout repos, probablement aussi parce que les tensions entre les différents royaumes plongeaient certaines contrées dans une anxiété palpable, même si la plupart des habitants essayaient de montrer le contraire. Certes, c’était loin d’être la préoccupation première du Djinn mais l’idée qu’ils puissent subir le même sort que ses parents ne lui était pas étrangère. Il ne les pleurerait pas comme il avait pu pleurer sa famille mais cela n’en restait pas moins quelque peu déplorable. Si seulement il avait pu mettre la main sur ceux qui avaient mis à sac son village… Peut-être n’aurait-il réussi à qu’à se faire tuer, mais, au moins, il n’aurait pas eu besoin de vivre avec autant de poids sur les épaules. La mort de ses parents, sa condition à sans cesse cacher des yeux étrangers… Son calvaire finirait-il seulement un jour ?

Pris dans les tourbillons de sa mémoire, il fut ramené à la réalité par Aquilon, qui bondit de ses épaules pour aller gambader un peu en avant, probablement parce qu’il avait envie de se dégourdir les pattes. Alors qu’il marchait, une exclamation lui fit détourner la tête, un groupe d’enfants l’avait aperçu et semblait se diriger droit sur lui. Il ne reconnaissait pas leurs visages mais eux, apparemment, se rappelaient de lui. Alors qu’il se retrouvait encerclé de petits presque surexcités qui l’interpelaient de tous les côtés pour une histoire, Aidan jeta un œil à l’Ocelot qui était plus loin, tranquille, l’observant d’un œil probablement rieur. Lâche… Pensa-t-il en jetant un regard légèrement mauvais à son compagnon qui l’avait abandonné, probablement conscient de ce qui allait arriver. « Doucement ! Doucement ! » Il se pencha vers eux. « On ne vous a pas appris qu’il était malpoli de sauter sur un voyageur qui vient à peine d’arriver ? » Il ne serait hélas pas aussi simple de se débarrasser de tous ces garnements, assurément, puisqu’ils n’attendaient qu’une seule chose. « Si vous me promettez de me laisser tranquille jusqu’à ce soir, je vous raconterais une histoire à l’auberge, au coin du feu, un peu avant qu’il soit l’heure de vous coucher. » Cela ne l’engageait pas à grand-chose et, comme il l’avait imaginé, la satisfaction d’avoir eu gain de cause suffit au petit groupe pour qu’il s’en aille en criant sa joie. Au moins il pourrait souffler quelques heures et profiter d’un petit repos. S’approchant d’Aquilon, le Barde ébouriffa d’un geste vif le félin qui se plaignit d’un miaulement indigné. « Ca t’apprendra à quitter le navire comme un rat ! » Puis, dans un demi-sourire, il reprit sa route, sa hallebarde toujours sur les épaules, au bout de laquelle se bringuebalait ses affaires.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour retrouver la fameuse auberge. Poussant la porte, il embrassa du regard la grande salle presque déserte à cette heure et se dirigea vers le comptoir afin de réserver une chambre. Ceci fait, il y déposa ses affaires et se laissa tomber sur le lit. Ce n’était pas vraiment l’heure, la mi-journée ayant à peine une heure de vieillesse mais le trajet l’avait épuisé et la dernière nuit n’avait pas été très paisible à la belle étoile aussi avait-il vraiment besoin de récupérer un peu. Il s’endormit rapidement, laissant l’Ocelot prendre ses aises ou faire ce qu’il voulait, ayant laissé pour lui la fenêtre ouverte. Il se réveilla environ une heure plus tard, à en juger par la position du soleil. Son compagnon n’était pas là mais il ne s’en formalisa pas. Quittant sa chambre après une rapide toilette, il décida de se perdre dans les ruelles de Brèche pour y passer le reste de la fin de journée jugeant qu’il serait plus facile d’y trouver de quoi grignoter au détour d’une rue. Il serait rapidement temps de faire demi-tour pour honorer la promesse qu’il avait fait aux enfants mais, d’ici là, il y avait suffisamment à faire pour s’occuper un peu l’esprit et penser à autre chose. Peut-être irait-il à ce marchand de fruits et légumes qu’il avait croisé, dans son souvenir, ils étaient délicieux, aussi espérait-il vraiment que ce soit encore le cas et qu’il ne s’agissait pas juste d’un mauvais tour de sa mémoire. L’air était agréable, une douche chaleur réchauffait la peau sans toutefois l’agresser. Aussi, c’est insouciant que le Barde se remit à se laisser errer dans les rues de la ville.


© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Sam 16 Mar - 23:28


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


De retour à Brèche depuis quelques temps Lyra avait reprit ses activités, autrement dit entraînement en attendant qu’on ait besoin d’elle. Mais cela commençait à faire quelques mois qu’elle n’était pas sortie de la cité, elle avait beau s’informer tous les jours des missions en cours il n’y avait rien qui ne nécessite sa présence. Non pas qu’elle s’en plaigne, si l’on ne demandait pas de guerriers chevronnés c’est que ça n’allait pas si mal, mais la férue d’aventures en elle commençait à bouillonner, elle avait envie de voyager.

En cet après midi ensoleillé Lyra avait quitté le Quartier Général pour aller chercher quelques fruits. Ce n’était pas elle qui faisait la cuisine chez les guerriers et leur régime commençait à fatiguer Lyra : elle aimait la viande certes cuite, cru, en sauce, mais elle avait besoin de fraîcheur. Elle flâna tout de même en peu se baladant aux hasards des rues et des étales bien qu’elle sache exactement où aller, mais elle aimait tellement cette ville sous les rayons du soleil qu’elle prit son temps. Et puis même si elle s’était habituée à la compagnie des autres guerriers et à leurs quolibets, elle se sentait mieux seule et hors des remparts de leur Quartier Général.

Elle croisa quelques visages connus qui la saluèrent malgré son masque, mais aussi des voyageurs de passages et des marchands, pourtant habitués à la voir, avoir de légers sursauts en la voyant. Au détour d’une rue ce fut elle qui eut un soubresaut en apercevant un visage familier. Lyra reconnu presque instantanément le jeune barde qu’elle avait connu lors d’une rencontre musclée quelques mois plus tôt.

Ce visage lui rappela alors son voyage, son aventure qui avait commencé à Brèche et terminé à Faillaise. Elle qui avait envie de bouger et fut presque nostalgique de cette mission pourtant éprouvante. Lyra avança vers le jeune homme jusqu’à se retrouver sur sa route et sans autre forme de procédé elle s’annonça de la manière suivante,

- Bonjour Monsieur le Barde, vous vous souvenez de moi ?

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 17 Mar - 13:05


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Pour un peu, Aidan aurait presque apprécié la vie citadine. Cette concentration de personnes, ces visages, certains avenants, d’autres moins, des sourires, des regards méfiants… A chaque fois qu’il entrait dans une ville, même s’il commençait à bien connaître les grandes, c’était toujours le même sentiment, une certaine nouveauté, un sentiment agréable, celui de se sentir beaucoup moins seul au monde. Il fallait dire qu’après des semaines de voyage, il n’avait pas croisé beaucoup de personnes sur les routes et la solitude se faisait toujours sentir à un moment ou à un autre, même si la compagnie d’Aquilon était la plus agréable de toutes. Bien entendu, il y avait toujours des rencontres, notamment dans les auberges, mais lorsqu’il passait plusieurs journées sur les routes, à dormir à la belle étoile, il y avait toujours un moment où une présence plus « humaine » finissait par manquer. Et là où résidait toute la dualité d’Aidan, il le savait, c’était qu’il ne pouvait également s’empêcher de voir ces personnes comme des menaces potentielles. Plus il y avait de monde, plus on pouvait se rendre compte de sa nature profonde, et plus il y avait de chances pour que quelqu’un finisse par vouloir l’asservir, comme d’autres avaient pu le faire par le passé. Aussi, il savait que ce sentiment agréable finirait par passé et il ne pourrait s’empêcher de voir les gens qui l’entouraient comme une menace potentielle. Ce sentiment désagréable, qui finissait toujours par l’atteindre, serait le signal du départ pour lui. Il pouvait admettre que c’était assez étonnant, voire surprenant mais il ne pouvait s’en empêcher. Il lui semblait impossible de faire à nouveau confiance à quelqu’un, pas après les différentes trahisons dont il avait été la cible. De toute façon, même si la solitude pouvait l’éteindre, voyager était un plaisir que même celle-ci ne pouvait véritablement entacher.

Déambulant dans les rues, le Barde avait fini par s’arrêter devant l’étal du marchand de fruits et opta pour certains qu’il ne connaissait pas mais qui étaient agréablement coloré, semblaient particulièrement goûteux et, surtout, donnaient l’air d’être pratiques à manger. Après le passage de quelques piécettes d’une main à une autre, le Djinn décida de se laisser porter par ses jambes dans une direction quelconque, décidant de laisser au hasard les choix de ses vagabondages. Les fruits étaient délicieux. Après avoir mordu dans l’un deux, fort juteux, il avait presque failli s’en mettre partout. Heureusement, passé cette première surprise, il avait été beaucoup plus attentionné et s’était arrangé pour ne pas salir ses affaires. S’arrêtant à une fontaine pour se rincer les mains et se rafraichir un peu, il poursuivit sa route sans vraiment faire attention aux alentours, se perdant dans ses pensées, laissant l’air tiède de ce début de fin d’après-midi glisser sur la peau de ses bras. Peut-être devait-il réfléchir déjà à ce qu’il raconterait aux enfants ce soir mais ce n’était pas ce qui le préoccupait. Il avait différents contes sous la main et nombreux étaient ceux qui plaisaient aux enfants. Certains plaisaient également aux adultes qui, souvent, appréciaient de pouvoir se laisser aller à plus de simplicités, comme pouvait l’être la vie d’un enfant. Oublier, l’espace d’un instant les responsabilités, les obligations… C’était aussi ce qu’il aimait apporter aux gens, un sentiment d’insouciance volatile, qui se dissiperait presque immédiatement après son histoire mais, pendant lequel, ils se retrouveraient eux-mêmes et oublieraient un peu le monde extérieur dans lequel ils évoluaient. A bien y réfléchir, c’était un peu paradoxal. Il n’aimait pas particulièrement ces gens, ne leur faisait pas confiance et n’aurait certainement aucun scrupule à ne pas se mettre en danger pour les sauver, et, pourtant, il appréciait les soulager, quelques instants… Peut-être était seulement parce qu’il savait que de leur ressenti dépendait également ses revenus… Difficile à dire.

Il ne remarqua pas tout de suite que quelqu’un s’était posé sur son trajet, sur sa trajectoire. Il n’y porta une attention que lorsqu’une voix l’interpella. Il n’était pas rare qu’on sache qu’il était Barde mais se faire interpeller ainsi au milieu de la rue n’était pas si commun que cela, hormis par des enfants qui cachaient rarement leur joie, quelque soit l’endroit dans lequel ils se trouvaient. Relevant la tête, il ne put s’empêcher d’être surpris, surpris d’être soudain face à une personne qui portait un masque, mais surpris également parce que, dès qu’il avait posé son regard sur celui-ci, il avait immédiatement reconnu la personne qui se trouvait derrière, ne serait-ce que parce qu’un regard écarlate comme le sien ne s’oubliait jamais vraiment. Le prénom associé à ces yeux ne mit pas longtemps à refaire surface, même après plusieurs mois depuis leur dernière rencontre. « Lyra… » Un léger sourire s’était glissé sur ses lèvres. « En voilà une bonne surprise. » Il pensait chacun de ses mots. En réalité, il n’était pas particulièrement porté sur les surprises, préférant savoir à l’avance à quoi s’attendre, mais rencontrer une personne n’avait rien de dommageable, surtout lorsqu’il s’agissait d’une connaissance avec qui, normalement, il s’entendait bien. Ces personnes étaient rares et se comptaient sur les doigts de la main, il s’agissait généralement d’habitués que le Barde croisait souvent, comme certains taverniers par exemple. « Tu sais que j’aurais presque du mal à te reconnaître avec ton masque. » Son sourire s’élargit un peu et son ton s’était fait un peu plus moqueur. Il se rendit compte qu’il ne savait toujours pas pourquoi elle portait toujours un tel atours, peut-être qu’il pourrait poser la question à l’occasion.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 24 Mar - 19:15


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Lyra fut heureuse d'apprendre qu'elle était une bonne surprise. Il était rare que l'on accueil sa venue de cette manière. Pour elle aussi c'était une bonne surprise de le croiser ici, d'autant plus qu'elle ne pensait pas le revoir si tôt. Il voyageait à travers le monde à sa volonté alors qu'elle le parcourait sous des ordres, les probabilités qu'ils recroisent étaient faibles...mais pas nulles.

- Me croiser à Brèche n'est pas vraiment une surprise, en revanche t'y revoir en est une ! Répondit-elle souriante.

Il ne pouvait pas s'en rendre compte, mais derrière son masque Lyra affichait un large sourire. Aidan était la bouffée d'air frais dont elle avait besoin, elle était ravie de l'avoir repéré dans la foule et de s'être mise sur son chemin. Il était sans doute là pour conter quelques unes de ses histoires et c'est ce dont elle aurait bien besoin pour s'évader un peu.
Aidan la taquina sur son masque ce à quoi elle répondit en désignant du doigt une brèche sur le haut du masque,

- Ah vraiment ? Tu devrais pourtant te souvenir de ça, non ?!

Elle ne lui en voulait en rien bien sûr, d’autant plus que c’est elle qui lui avait mis un coup de tête, mais il lui avait laissé un souvenir marquant et elle espérait en avoir fait autant pour lui.

- Alors le voyageur intrépide à décidé de revenir sur ses pas ? On peut savoir pour quelles raisons ?

Lyra pensait que quelqu’un comme Aidan qui avait la possibilité de voyager librement ne repassait pas souvent dans les mêmes endroits, Aidan semblait jeune il n’avait sans doute pas visité toutes les contrées encore, alors pourquoi repasser par cette cité ? Elle était curieuse et avait envie de connaître la raison de cette visite, c’était un peu indiscret sans doute mais c’était dans sa nature. Si il ne souhaitait pas répondre elle ne lui en tiendrait pas rigueur elle savait qu’elle était un peu intrusive et elle savait qu’il aimait bien brouiller les réponses…En fait elle posait la question surtout pour faire la conversation et le retenir un peu.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Lun 25 Mar - 15:49


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Il était inhabituel qu’on se mette directement sur son trajet pour l’arrêter, surtout que, généralement, on s’ingéniait suffisamment pour l’éviter. Aidan n’avait pas l’air patibulaire mais il ne donnait pas non plus l’impression d’être particulièrement avenant. Cela venait probablement du fait qu’il semblait souvent ailleurs et que certaines personnes rechignaient souvent à se trouver sur le passage d’une personne qui voyageait avec une grande hallebarde, même s’il la portait souvent bien négligemment, s’en servant plus d’une fois comme un accessoire pour porter ses affaires personnelles lorsqu’il voyageait. Toutefois, il fallait admettre que c’était plutôt dans le comportement de Lyra de s’interposer ainsi, un peu comme un imprévu venait agréablement égayer votre journée, ou une rencontre percutante, qui vous laisse une agréable surprise au détour d’une rue. A vrai dire, le Barde l’imaginait mal faire quelque chose comme les autres. Les « conventions » n’étaient probablement pas pour elle et elle devait avoir sa propre façon d’être depuis bien longtemps. Combien de gens la trouvaient « bizarre » ? Le Djinn devait admettre qu’il ne comprenait pas pourquoi elle portait toujours un masque, une habitude qui pouvait être un peu effrayante – même si ça dépendait beaucoup du masque qu’elle devait porter. Peut-être pourrait-il lui demander à l’occasion. Portait-elle seulement plusieurs masques ? Il lui semblait avoir déjà vu celui-là. Toutefois, il ne la connaissait pas suffisamment pour savoir si elle possédait toute un « garde-masques » ou si, finalement, elle n’en avait qu’un ou deux qu’elle conservait en permanence, un peu comme certains porteraient des chapeaux. Il ne put alors s’empêcher de l’imaginer avec l’une de ses choses et un autre sourire s’immisça sur son visage, probablement parce que le chapeau qu’il se représentait sur sa tête n’avait rien de franchement raccord avec elle. C’était un vague souvenir d’un couvre-chef d’un marchand itinérant qui pensait certainement que cela lui donnait beaucoup de panache. En réalité, cela le rendait démesurément ridicule !

« J’imagine qu’on peut dire ça, mais tu pourrais très bien être en mission je-ne-sais-où… J’ai entendu dire que les Guerriers étaient pas mal occupés ces derniers temps. » En même temps, il n’était pas difficile d’imaginer pourquoi ils pouvaient être appelés de temps à autre, surtout que les différents Royaumes étaient loins d’être en paix les uns avec les autres. Partiraient-ils un jour faire la guerre ? Et elle ? Probablement oui, elle n’avait pas peur de remplir sa mission. Si celle-ci consistait à tuer des gens, elle le ferait sans l’ombre d’un doute. Se demanderait-elle si c’était juste ? Décidément, il ne savait pas grand-chose d’elle. Il eut un petit sourire quand elle lui montra la fissure sur le haut de son masque. Presque immédiatement, il se souvint de la façon dont ils s’étaient rencontrés la dernière fois. Le prenant pour un voleur, elle lui avait sauté à la gorge et s’en était suivi un petit combat jusqu’à ce qu’elle finisse par le reconnaître. Fort heureusement, cela avait été le cas avant que l’un d’eux ne soit gravement blessé et le Djinn s’était contenté d’une cicatrice sur le flanc droit. « Je me souviens surtout de ça. » Une certaine malice s’était glissée dans sa voix tandis qu’il montrait son flanc de sa main droite, au niveau de l’ancienne blessure qu’elle lui avait infligée. Il soupira doucement. « En tout cas, je suis heureux que tu t’en sois tenue à ta promesse cette fois-ci. Sans quoi j’aurais probablement du déplorer une nouvelle cicatrice. Ou pire. » Il lui fit un petit clin d’œil et s’approcha d’elle, l’invitant à marcher avec lui. Il n’aimait pas rester immobile au milieu d’un endroit, cela finissait toujours par attirer inexorablement les regards, chose qu’il préférait éviter.

Quand Lyra le qualifia de « voyageur intrépide », il ne put s’empêcher d’hausser les épaules. Le compliment le toucher, mais, au niveau intrépide, on avait déjà vu beaucoup mieux, sans compter qu’il n’était qu’un Barde. « Tu peux savoir oui. » Il resta silencieux quelques instants. Faisant cette blague idiote des fameuses réponses aux questions qui ne demandent que si quelqu’un est capable de faire quelque chose et non s’il va effectivement le faire. Il eut un petit sourire en coin avant de poursuivre. « Je revenais simplement dans les environs. Et ce serait un crime de ne pas s’arrêter à Brèche lorsque l’on passe juste à côté. » Il jeta un regard aux alentours, marchant tranquillement en profitant de la douceur de cette fin d’après-midi. « J’ai encore beaucoup de choses à voir dans les environs. Généralement, je ne m’évertue pas à visiter un Royaume tout entier avant de passer au suivant, puis, parfois ça permet de s’émerveiller à nouveau devant quelque chose que l’on avait déjà vu, mais que l’on redécouvre sous un jour nouveau… » Il resta pensif quelques instants. « Et toi ? Je suis étonné de te voir ici. Moi qui pensait que tu serais entrain de sauver le monde… » C’était amusant de voir avec quelle simplicité il parvenait à discuter avec elle. Peut-être parce qu’il l’avait déjà croisée et, qu’avec leur petit affrontement, ils se connaissaient déjà plus qu’ils ne s’en rendaient compte. Aidan n’avait jamais été du genre à refuser une discussion mais il était généralement plus distant avec les gens qu’il ne connaissait pas, sauf peut-être quand il était dans son rôle de Barde. Enfin, cela n’avait pas d’importance de toute façon.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Jeu 28 Mar - 0:28


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Aidan souleva le fait qu’elle aurait pu elle aussi être ailleurs.
Oui…mais non ! Elle était là et c’est bien ce qui l’ennuyait. Pas de missions à sa hauteur et puis il fallait dire aussi que la dernière fois qu’elle avait participée à une expédition elle avait brillé par son impulsivité et avait mis en péril la mission et ses compagnons. On pouvait donc imaginer sans trop se tromper que ses confrères ne se battaient pas pour l’avoir avec eux, bien qu’elle soit une fameuse combattante.

Il lui rappela qu’elle lui avait infligé pire qu’une petite fissure sur un masque, Lyra haussa les épaules moqueuse, après tout il était toujours en vie ! Elle faillit lui dire qu’il devait s’estimer heureux de ne s’en tirer qu’avec une petite cicatrice mais pour une fois elle retint sa langue dans sa bouche pour éviter de le froisser et se contenta de lui suivre.
Lyra fut presque surprise qu’Aidan lui réponde sans détour. Elle écouta attentivement pensant que ça ne se reproduirait peut être pas tous les jours. Il lui expliqua qu’il prenait plaisir à revenir dans certaines villes car il les redécouvrait et trouvait toujours le moyen de s’en émerveiller, ce qu’elle comprit tout à fait elle-même ayant un peu arpentée cette terre aimerait revenir dans quelques endroits qu’elle avait visité trop rapidement ou qu’elle avait tout simplement aimé.
Mais en profonde amoureuse de Brèche, qui l’avait pour ainsi dire vu naître, elle y revenait toujours en courant…même si aujourd’hui elle avait envie de partir à l’autre bout de la terre elle savait qu’elle appartenait à cette ville et qu’elle y reviendrait toujours.

Lyra ne put s’empêché de pouffer de rire quand lui dit qu’il la pensait entrain de sauver le monde. Pour une fois c’est elle qui répondit en serpentant pour ne pas dire la vérité vraie,

- Figures toi que moi aussi, mais les jeunes guerriers doivent aussi s’entraîner…c’est pas le tout de courir les routes il faut y être préparé.

Une moitié de vérité, mais une vérité quand même.

- Je reviens justement du quartier général, j’étais partie pour acheter des fruits…et je suis tombée sur toi.

Lyra avait une voix enjouée, ce qui était plutôt rare.
Habituellement elle parlait très peu, cachée derrière son masque, grognant ou bougonnant parfois, mais pas aujourd’hui, si Aidan l’avait agacé lors de leur première rencontre elle apprenait à l’apprécier et savourait le fait de tisser quelques liens avec quelqu’un qui lui était il y a quelques mois encore totalement étranger.

- Toi qui as aimé cette cité, as-tu visité le temple du protecteur Shoy ?
Même si tu ne crois pas en lui, son autel est l’un des endroits à voir ici…


Tout en marchant à ses côtés Lyra se surprit donc à lui proposer de visiter encore des endroits ici, pour qu’il reste plus longtemps ? Pour qu’elle le revoit ? Elle n’aurait su le dire mais intérieurement elle reconnu qu’elle était un trop cavalière, mais elle ne se reprit pas, ne se justifia pas curieuse de savoir ce qu'il répondrait à sa proposition.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Jeu 28 Mar - 16:05


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Le Djinn n’était pas du genre à être revanchard. De toute façon, la situation avait été éclaircie juste après le quiproquo et il fallait admettre que le comportement du Barde, à ce moment précis, aurait pu porter à confusion. Même si, d’une certaine manière, les choses auraient probablement pu se régler d’une façon différente si la guerrière avait été moins impulsive. Mais ainsi était-elle et les choses étaient difficilement modifiables, surtout à ce niveau-là. A vrai dire, le Barde imaginait mal la jeune femme autrement. Enfin peut-être était-ce simplement parce qu’il l’avait vue ainsi à chaque fois qu’il l’avait rencontrée. Toutefois, il doutait sincèrement qu’elle puisse véritablement se cloisonner dans la patience et la réflexion. On ne devenait sans doute pas Guerrier pour rien et si, malgré tout, certains d’entre eux étaient probablement capables de patience et de sagesse, lorsque l’on portait une arme, il était difficile de réfléchir avant d’agir. En tout cas, à bien y réfléchir, il doutait sincèrement que de telles « vertus » soient l’apanage de Lyra, mais, d’une certaine manière, c’était probablement mieux ainsi, pour elle. Tandis qu’ils marchaient tranquillement, Aidan profitait de la petite brise tiède qui apportait un vent du Sud. La soirée serait douce ce soir. L’espace d’un instant, il s’imagina une petite escapade nocturne, arpentant les rues à la nuit tombée. Dans un soupir, il s’autorisa cette petite folie à condition que la lune soit suffisamment pleine et le ciel clair pour en profiter agréablement. Revenant à la jeune femme, il eut un petit sourire amusé. « C’est une façon de voir les choses. J’admets que je ne suis probablement pas plus « préparé » que ça. » Il était vrai que voyager pouvait être dangereux mais lui-même n’avait pas eu beaucoup de souci. Quelques brigands déjà, mais son maniement de la hallebarde avait suffit à les décourager après quelques passes d’armes.

Peut-être Lyra pourrait-elle faire face à davantage de menaces, même s’il ne voyait pas lesquelles. S’il ne la connaissait pas, il aurait eu du mal à dire qu’il s’agissait d’une femme sous le masque, sans compter qu’elle devait probablement porter une capuche pour masquer sa chevelure. Enfin il était envisageable que son statut de Guerrière la force à accomplir certaines choses sur son chemin dont le Barde ne se sentait pas responsable. Il ne faisait que raconter des histoires. Il n’était pas vraiment là pour accomplir des quêtes ou participer à des chasses à l’homme ou défendre des villages. Ainsi allaient les choses, Lyra était faite pour ces choses, pas lui. « Heureusement que, cette fois-ci, ce n’est pas au sens littéral de l’expression. » Un regard malicieux sur la jeune fille plus tard, il reporta son attention sur les alentours. « Je m’en suis acheté quelques uns un peu plus tôt, le marchand est proche de l’entrée est de la ville. C’est un peu loin d’ici, mais ses étals donnaient envie. » Il s’arrêta. « Mais peut-être que tu as un autre marchand que tu préfères. Personnellement je ne fais que flâner. » Grosso modo cela voulait plus ou moins dire qu’il se fichait de la direction qu’elle voudrait prendre. Implicitement était sous-entendu le fait qu’il l’accompagnerait volontiers. Après tout, connaissant Lyra, ce ne serait pas désagréable de marcher un peu en sa compagnie. D’ordinaire il préférait la solitude mais ce n’était pas une nécessité et la présence de la Guerrière n’était pas de celles qui le gênaient. C’était assez étonnant d’ailleurs, lui qui n’était jamais à l’aise en présence d’autrui avait fini par ne pas être dérangé par la sienne. Peut-être était-ce simplement dû au fait qu’ils s’étaient rencontrés à plusieurs reprises. En tout cas cela n’avait pas vraiment d’importance.

Quand elle lui demanda s’il avait visité le temple de Shoÿ, il secoua négativement la tête. « J’ai du passer devant, sans l’ombre d’un doute, mais je ne me suis pas arrêté pour visiter, non. » Aidan savait que cette divinité était celle qui « protégeait » les Guerriers et, bien entendu, il ne faisait pas vraiment partie des Dieux auxquels il croyait. En réalité, il n’était pas vraiment sur de croire dans l’existence des Dieux, mais cela ne l’empêchait pas de les respecter et de respecter les croyances des autres. De son côté, le Barde avait probablement subi déjà trop de désillusions pour avoir encore suffisamment de foi, que ce soit dans les Dieux, ou simplement les autres personnes vivants sur ce monde. « C’est la première fois qu’une Guerrière me propose de servir de guide, il serait particulièrement idiot de dire non. » Non pas que cela implique une quelconque expertise de la part de la jeune femme mais il se doutait qu’elle connaissait surement mieux la ville que lui, et si elle lui proposait de lui faire une « visite guidée », cela ne pouvait qu’être intéressant. « Par contre, j’ai promis à des enfants de leur raconter une histoire avant qu’ils n’aillent se coucher. J’ai bien peur que je ne pourrais pas rester très longtemps. » Aidan faisait rarement de promesses, et, surtout, il veillait à les tenir. Qui plus est, abuser de la naïveté des enfants était quelque chose qu’il répugnait à faire, eux qui étaient encore souvent bien trop innocents. Et puis, au fond, ça n’avait jamais rien de désagréable de voir les regards que pouvaient avoir certains gamins lorsqu’une histoire les passionnait vraiment.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Sam 6 Avr - 17:57


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Lyra avait été élevé par un guerrier et vivait parmi les guerriers alors certes elle leur ressemblait. C’était une fonceuse, une impulsive qui pensait plus par son arme qu’avec sa tête. Elle n’avait pour ainsi dire peur de rien et était toujours prête à prêter main forte à ceux qui en avaient besoin. Elle ne saurait dire qui elle était avant de rencontrer Kaal, quelle éducation elle avait reçu si toute fois elle en avait eu une, peut être qu’au départ elle n’était pas du tout destinée à cette vie, mais elle s’en accommodait très bien. Lyra se sentait à sa place même si elle n’était pas toujours très bien acceptée. Mais qu’elle plaise ou non était le cadet de ses soucis, ce qu’elle voulait c’est que l’on compte sur elle malgré ses défauts, et elle travaillait dur pour ça.
Aidan avait fait par deux fois les frais de cette personnalité pour le moins bourrue pour une femme, mais aujourd’hui dans les rues de Brèche elle lui laissait l’occasion de découvrir une nouvelle facette de sa personnalité. Une Lyra plus sociable, plus posée, enjouée…à milles lieues de la guerrière qu’elle pouvait être.

Aidan lui avoua ne pas vraiment se préparer pour ses voyages, ce que Lyra pouvait comprendre, comme dit précédemment elle partait pour des missions où il fallait souvent être au top de sa forme elle ne pouvait pas se permettre d’arriver faiblarde.

- Je n’ai pas de marchand favori, on peut retourner sur nos pas pour retrouver celui chez qui tu as acheté les tiens.

Lyra n’avait pas d’impératifs et elle appréciait la compagnie d’Aidan, elle aurait bien fait encore quelques mètres à ses côtés. Ainsi en reprenant leur marche elle écouta le jeune homme lui dire qu’il était sûrement passé devant le temple mais ne pas s’y être arrêté. Elle ne s’en formalisa pas, chacun ses croyances, mais quand elle passait dans une région nouvelle elle ne pouvait s’empêcher d’aller voir les temples par curiosité et par intérêts pour les cultes différents du siens alors c’est avec joie qu’elle partagerait sa culture avec Aidan.
Comme beaucoup de guerrier Lyra avait foi en Shoÿ bien qu’il ne soit pas quelqu’un de recommandable et qu’il se fiche des offrandes. Mais elle aimait le stratège qu’il avait été et espérait qu’il ne soit pas totalement insensible à ceux qui donnaient leurs vies en son nom. Elle ne faisait pas d’offrande à ce temple, mais y allait souvent pour faire le point ou pour y jouer de la flûte, ça l’aidait beaucoup et ça lui suffisait.

- Et bien je me ferais une joie de t’y accompagner.

Mais il avait apparemment une promesse à honorer à laquelle elle sourit,

-Ah les obligations d’un Barde…

Elle s’arrêta devant un étal de fruits et pensa très forts « Dieu merci du frais ! ». Lyra prit trois pommes rouges qu’elle mit dans sa besace. A peine avait elle payé qu’elle en ressorti une, releva son masque sur son front et croqua à pleine dent avec un plaisir non dissimulé. Cela pouvait paraître idiot mais Lyra aimait les fruits et cela faisait un moment qu’elle n’en avait pas mangé, vraiment trop longtemps pour elle.
Se rappelant qu’elle n’était pas seule elle s’essuya la bouche du revers de sa manche et sourit,

- On pourrait peut être y aller après ton histoire ?...Ou une autre fois ! Se reprit-elle pour ne pas avoir l’air de s’imposer.

Elle avait pour habitude de faire fit des conventions, mais avec Aidan elle se surprit à prendre des gants. Peut être parce que ce n’était pas un guerrier comme elle, qu’elle l’avait attaqué deux fois et pourtant il était toujours là à lui parler. Lyra observa un instant ce grand barde plein de cheveux et ce dit qu’il était presque son exacte opposé. Peut être que c’est pour ça qu’elle l’aimait bien…elle recommença à marcher sans vraiment faire attention à la direction qu’elle prenait,

- Dans tous les cas, fais attention à ce que tu leur raconteras ce soir j’ai des oreilles partout dans cette ville…

Lyra croqua à nouveau dans sa pomme comme pour ponctuer sa phrase. Menace en l’air bien sûr, mais elle voulait juste lui rappeler qu’elle n’avait toujours pas digéré son anecdote sur son Maître.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 7 Avr - 21:09


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Ils n’avaient pas eu vraiment le loisir de converser longuement. En réalité, c’était la première fois, en trois occasions, qu’il lui semblait que cela durerait plus longtemps que quelques minutes. Certes, ils ne s’étaient jamais contentés de quelques mots et cela avait duré plus que de minimes instants mais, tout de même, ce n’était qu’un peu de bavardage, souvent autour d’une « corvée », qui se terminait en même temps que celle-ci prenait fin. La première fois cela avait été le repas qu’elle avait du lui préparer, la seconde, le temps de soigner convenablement la blessure qu’elle lui avait infligée et dont il avait encore une petite marque qui finirait de s’effacer avec le temps. Mais là, c’était différent. Il y avait encore cette contrainte temporelle engagée par cette promesse qu’il avait faite aux enfants mais elle lui laissait suffisamment de temps pour que cette « agréable » surprise dure plus longtemps que leurs deux autres rencontres fortuites. « Et bien, dans ce cas, c’est par là. » Il parlait bien entendu du marchand de fruits et il s’était retourné avec une certaine agilité pour remonter la rue qu’ils avaient jusqu’à maintenant descendue. Le commerçant n’était pas bien loin, du moins dans les souvenirs du Barde et ils parviendraient rapidement à retourner là où le Djinn s’était offert un agréable souvenir de saveurs sucrées et de fraicheur. Quant aux Temples… Aidan ne vénérait pas réellement un Dieu ou un autre. Il y croyait, plus ou moins, à la fois convaincu qu’ils se devaient d’exister mais en même temps peu enclin à imaginer que ces êtres aux pouvoirs probablement illimités laissent arriver de telles atrocités dans ce monde… Toutefois, il n’était pas du genre à blâmer ceux qui croyaient en eux, au contraire, cette foi était parfois une qualité dont il aurait aimé pouvoir profiter, mais après tout ce qui lui était arrivé jusqu’à aujourd’hui, il avait beaucoup de mal à croire que c’était possible.

« Que veux-tu… Et puis il faut bien que je gagne ma croûte pour vivre. Mais j’ai beaucoup de plaisir à raconter des histoires aux enfants. Ils sont un public à la fois plus simple et plus difficile à satisfaire. » Il aimait cette insouciance dans leurs yeux, cette façon de s’extasier devant la plus simple des choses. Il n’avait rien à craindre des enfants, il le savait. Pourtant, il savait aussi que le monde finirait par les changer et, qu’un jour, ils perdraient cette innocence juvénile. Ils deviendraient comme les autres… Comme ceux qu’il fuyait, comme tous ceux qui n’aurait qu’une idée en apprenant qu’il était un Djinn : l’enfermer et l’utiliser jusqu’à ce qu’il ne puisse plus rien leur apporter et qu’il devienne inutile à leurs yeux. Enfin… ce n’était pas le sujet de toute façon. Essayant de recadrer ses pensées, il resta en retrait tandis que la guerrière faisait ses achats à l’étal de fruits et légumes. Il regarda les pommes et les pièces changer de main avant qu’elle ne revienne vers elle se faisant plaisir d’une bouchée d’un des trois fruits, les autres étant déjà rangés dans sa besace. La voir ainsi le masque relevé sur son front était bien plus agréable pour le Barde. « C’est quand même mieux quand tu ne portes pas ce masque ! Tu as déjà envisagé de ne pas te promener avec tout le temps ? Et puis tu ne profites pas de la brise légère comme ça… » A vrai dire, il ne s’imaginer pas un moment pouvoir se promener avec une telle chose. Aidan avait besoin de cette sensation de liberté, un besoin viscéral qui lui venait probablement de ces années d’enfermement, loin de la lumière du soleil et de la caresse du vent sur sa peau.

Concernant la suite de leur balade, en effet, il serait peut-être mieux de la continuer après son « obligation ». Il acquiesça. « C’est comme ça t’arrange… Je n’ai pas prévu de repartir avant quelques jours. J’en aurai probablement fini assez tôt avec les enfants, afin qu’ils ne veillent pas trop tard, mais on peut remettre cela à demain si tu préfères faire la visite de jour. » En effet, même s’il finirait tôt, le crépuscule serait déjà sur la ville et peut-être était moins intéressant que de visiter ce qu’elle voulait lui montrer de nuit. C’était elle la guide, a priori, c’était elle la mieux placée pour décider du meilleur moment pour effectuer sa visite. Le Barde n’était pas quelqu’un de difficile et même s’il n’aurait pas eu confiance pour une visite nocturne, il connaissait maintenant un peu Lyra pour qu’elle ne soit pas totalement une inconnue et, surtout, elle n’avait aucune raison de savoir qu’il était un Djinn, aussi n’avait-il rien à craindre pour le moment. Quant à la menace sur l’histoire, il esquiva d’un sourire. « Et pourquoi tu ne viendrais pas l’écouter toi-même cette histoire ? Tu sais ce que valent les oreilles, aussi bonnes soient-elles, elles déforment souvent la réalité. » Il haussa les épaules. « De toute façon, ce ne sont que des enfants, je me contenterai d’un conte. Il est inutile de les faire réfléchir sur le sens de la vie ou sur le fait que même les hommes les plus lumineux ont toujours une part d’ombre en eux et vice-versa. » Ils seraient déjà suffisamment tôt confrontés à ce genre de problèmes, il était inutile d’en rajouter. Ils voulaient une histoire pour s’amuser, pour rêver. Des chevaliers, parfois même des dragons, il suffisait d’un rien pour émerveiller des enfants et c’était cela qui était le plus magique avec eux et le plus agréable pour le Conteur qu’il était.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 14 Avr - 15:21


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Les enfants sont un public simple et facile à distraire…Lyra fut étonnée par l’avis d’Aidan car pour elle, les enfants sont tout simplement oppressants. Ils ne lui font pas peur au sens propre du terme, mais ils posent trop de questions et la mette mal à l’aise elle se débrouille pour ne jamais rester seule avec eux et ne pas attirer leur attention. On peut dire sans trop se tromper qu’elle n’a pas franchement « l’instinct maternel » qu’on attribue trop facilement aux femmes. Lyra n’a rien contre les enfants et loue leurs innocences, mais comme pour beaucoup d’autres choses elle n’est tout simplement pas douée.

Quant à son masque elle fut amusée qu’Aidan la préfère sans. Il n’était pas le premier à lui faire une remarque là-dessus, mais pour elle se masque était capital. Il la protégeait du regard des autres, il mettait le doute sur elle et ça lui convenait très bien. Elle n’avait pas l’intention de se promener sans, et il était d’ailleurs rare qu’elle le retire hormis bien sûr pour manger et dormir. Du jour où elle avait trouvé ce masque sur un marché et où elle l’avait posé sur son visage elle s’était sentie invincible, comme si le fait d’avoir cette expression figée lui avait donné un pouvoir sur ce qu’elle montrait d’elle aux autres. Elle répondit alors simplement,

- Pas pour tout l’or du monde…

Lyra et son masque une histoire qui n’était pas prête de s’arrêter.

Pour en revenir à la visite du temple, Lyra fut séduite par l’idée de la faire après le rendez-vous d’Aidan. Il y aurait moins de monde et puis à la tombée de la nuit les paysages et les décors prennent une autre allure plus intéressante qu’en plein jour. Il proposa alors de venir écouter l’histoire. Pourquoi pas, elle se mettrait sûrement en retrait,

- Mmh je crois que tu as raison si on veut qu’un travail soit bien fait on a qu’à le faire soi-même !

Elle termina sa pomme et replaça son masque.
Même si elle n’avait pas franchement apprécié le récit d’Aidan à leur première rencontre, aujourd’hui ayant un peu appris à le connaître elle était curieuse de l’entendre à nouveau. Surtout que ce soir il s’agirait d’une histoire pour des enfants, donc en théorie pas de sujets qui fâchent. Il avait raison, inutile de leur encombrer la tête avec des notions que la vie se chargerait de leur apprendre.

- Je viendrais donc et si à la fin de ton histoire je n’essaye pas de te tuer, nous pourrons peut être allé voir le temple.

Bien sûr encore une fois elle plaisantait, elle avait un peu plus de recul aujourd’hui et quand bien même son récit ne lui conviendrait pas cela n’entacherait pas son opinion sur lui. Et puis après tout c’est intéressant aussi de ne pas être d’accord sur tout avec quelqu’un qu’on apprécie.
Soudain en regardant Aidan elle se rendit qu'il manquait quelque chose au personnage, elle regarda un peu autour avant de reposer son regard sur le barde,

- Aquilon n'est pas avec toi ?


© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Mar 16 Avr - 20:23


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Le Barde ne la connaissait que peu au final. Ils s’étaient vus deux fois, la troisième fois étant en court, et il était vrai qu’il ne l’avait pas vu souvent sans son masque, même en cuisine, ce qui était particulièrement étonnant. Il était rare de voir des personnes avec ce genre d’accessoire, même par delà les différents royaumes. Pour une raison qu’il ignorait, elle préférait se cacher derrière, même pour tout l’or du monde. Il eut un petit sourire à sa remarque. En un sens, il la comprenait. Du moins, qu’elle puisse s’attacher à quelque chose à laquelle elle accordait de l’importance. Si elle essayait par ce moyen de garder quelque chose pour elle, de conserver un secret, alors ils étaient probablement bien plus similaire qu’ils ne pouvaient l’imaginer de prime abord, au-delà de ses apparences qui, il fallait l’admettre, les séparait bien facilement. Il était grand, elle était plutôt petite, même s’il devait admettre que cela présentait surement un avantage non négligeable en combat, surtout qu’il savait qu’elle ne misait pas que sur sa force pour porter ses coups mais également sur un pouvoir de télékinésie qui lui permettait de manier sa lame – démesurée par rapport à sa taille. Combien avaient du rigoler doucement en voyant ce qu’elle allait essayer d’utiliser contre eux ? Et combien s’étaient étonné de la voir soulever l’arme avec autant de facilité qu’ils en auraient pour manier une brindille ? Il ne lui avait pas demandé de démonstration la dernière fois qu’ils s’étaient vus mais avec la force avec laquelle elle avait réussi à le projeter à travers la pièce, il se doutait que cela ne devait pas être très difficile pour elle de parvenir à manier convenablement son arme. Toutefois, elle devait certainement perdre un peu de cette avantage tactique et d’agilité qu’elle avait par rapport aux lourds combattants. D’une certaine manière, Aidan l’aurait davantage vue se battre avec une arme rapide et légère plutôt qu’avec le mastodonte qu’elle lui avait montré plusieurs semaines plus tôt.

Difficile de dire s’il s’attendait vraiment à ce qu’elle accepte sa proposition ou non. Il n’aurait pas été étonné qu’elle refuse. Peut-être avait-elle des choses à faire. Tous n’avaient pas cette possibilité de faire plus ou moins ce qu’ils voulaient, même si le Djinn était plus ou moins obligé de se vendre quasi quotidiennement pour pouvoir survivre dans ses longues traversées. « Il n’y a pas meilleur soldat que celui qui conçoit la stratégie, en effet. » C’était un proverbe qu’il avait glâné au détour d’un Royaume. A vrai dire, il ne savait plus vraiment lequel mais ce n’était pas vraiment important. Un sourire au coin des lèvres, il l’observait remettre son masque et redevenir une figure « effrayante » de la ville. Nul doute que personne ne devait véritablement venir lui adresser la parole ou rester dans son chemin. Heureusement qu’elle vivait ici la majeure partie du temps, au moins les habitants devaient être habitués de la voir passer. Mais lorsqu’elle était en mission, il avait des doutes quant aux réactions possibles des inconnus qui croisaient sa route. Certains croyaient-ils qu’elle était une brigand ? L’idée le fit sourire un peu plus largement. Il haussa les épaules quand elle lui confirma qu’ils pourraient visiter le temple après son histoire si elle ne l’avait pas tué entre temps. « Lyran Belen, Pourfendeuse de Bardes… Je ne suis pas sûr que ce soit une réputation qui sera facile à porter… A ta place, je réfléchirais à deux fois avant de t’en prendre, encore une fois, à moi. » Il lui fit un clin d’œil amusé. Il ne pensait pas vraiment un traitre mot de ce qu’il disait. C’était plus une manière de la taquiner qu’autre chose. Un comportement d’ailleurs assez étrange pour lui.

Alors qu’ils marchaient vers la taverne vers le rendez-vous d’Aidan, il tourna la tête vers la guerrière tandis qu’elle lui demandait si Aquilon n’était pas avec lui. Il hocha négativement la tête dans un demi-sourire. « Mon compagnon à pattes a apparemment jugé intéressant de voir de quoi étaient faites les rues de Brèche par lui-même. C’est un grand garçon, à vrai dire, je pense qu’il s’est déjà réinstallé sur le lit de la chambre et qu’il somnole comme un bébé. » Il était assez rare qu’ils ne soient pas ensemble, c’était vrai, mais ils n’étaient pas non plus inséparable, même si le tableau n’était jamais vraiment complet lorsque l’un des deux manquait à l’appel. Peut-être d’ailleurs irait-il le chercher avant de commencer à raconter son histoire. Le Barde entretint un peu la discussion jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’auberge, accueillit par les cris des enfants déjà massés en demi-cercle devant la cheminée vivace. Montant à l’étage déposer ses affaires et redescendant avec un Ocelot sur les épaules, avant de s’installer devant les enfants. Sans formalités, il commença à raconter son histoire. Un conte avec une dénommée Lyra. Princesse d’un royaume éloignée. Le nom lui était venu comme ça, simplement pour la taquiner un peu. Observant quelque peu sa réaction du coin de l’œil en espérant que cela ne lui donnerait pas de raison de venir lui sauter à la gorge pour si peu. Qui plus est, avoir son nom de cité dans une histoire de Barde était, techniquement un honneur, et, d’une certaine manière, cela était loin d’être quelque chose de vexant pour elle, même si l’histoire était loin d’être joyeuse. Il termina finalement son histoire, laissant Aquilon trainer parmi les enfants pour quelques caresses – ce joyeux drille avait toujours besoin d’attirer l’attention, une chose qu’appréciait grandement le Djinn – pour aller rejoindre la table où c’était installée la jeune femme. « Alors ? Dois-je craindre pour ma vie ? » Il ne s’installa pas immédiatement, au cas où…

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 28 Avr - 16:00


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



C’était donc décidé, ils iraient d’abord écouter Aidan raconter une histoire et ensuite voir le temple. Lyra était contente de ce compromis et ravie d’avoir à nouveau l’occasion d’écouter Aidan. Elle n’avait absolument rien contre les Bardes contrairement à ce que l’on pouvait penser, uniquement certaines de leurs histoires…
Lyra la pourfendeuse de Barde, l’énoncé la fit rire car en effet ça ne lui correspondait pas. Elle ne se définirait pas comme quelqu’un de violent, bien qu’elle prenne un peu trop vite la mouche, mais plutôt comme une guerrière qui pourrait se battre uniquement pour ses convictions.

Aidan lui expliqua qu’Aquilon était plutôt indépendant ce qui semblait normal pour un animal de ce genre. Les ayant toujours croisés ensembles elle avait pris l’habitude en voyant l’un de s’attendre à voir l’autre, mais elle ne les connaissait pas tant que ça après tout. En entrant dans la taverne elle fut surprise de voir les enfants sauter littéralement sur Aidan, elle eut d’ailleurs un mouvement de recul et « fuya » s’installer à une table dans le fond de la salle laissant le Barde se débrouiller avec ces petits démons.

Elle écouta avec attention ce conte à propos d’une certaine Lyra dont la curiosité débordante causa la perte. Une histoire pleine de bon sens pourtant ce ne fut pas la moral qui retient le plus son attention, mais le début. Une jeune fille aimée de ses parents. Avait-elle été cette fille là ? Que s’était-il passé pour qu’elle devienne une petite fille seule au monde, ne sachant pas s’exprimer ?
Si elle n’en parle jamais et semble donner l’impression que son passé se limite à sa vie avec son maître, ce sont néanmoins des questions qui la taraudent. Mais elle les chassa de son esprit, elle s’était faite une raison depuis bien longtemps : elle ne saurait jamais d’où elle venait et ça n’avait pas d’importance. Ce qui comptait, et c’était ce que Kaal lui répétait le plus souvent, c’est qui elle choisissait d’être.

Lyra avait pris un lait de chèvre et releva son masque pour en prendre une gorgée. Revenant à la réalité, elle aperçu le Barde face à elle lui demandant si il avait à craindre pour sa vie. Elle sourit largement,

- Non, figures toi que je suis même honorée d’avoir mon nom citée dans l’une de tes histoires.

Elle le pensait sincèrement, elle trouvait le geste sympathique.
Son attention fut portée un instant sur Aquilon totalement accaparé par les enfants, et songea qu’il faisait une parfaite diversion pour détourner leur attention. Mais elle n’en aurait pas adopté un pour autant, elle qui était déjà tout juste capable de veiller sur elle-même…
Elle regarda par la fenêtre et vit que le soleil commençait tout juste à décliner.

- On devrait y aller, il y a quand même un peu de marche pour aller au temple. Bien que je présume que ce ne soit pas vraiment un problème pour toi !

Ils ne mettraient en effet pas beaucoup de temps pour y arriver, mais elle ne souhaitait pas avoir l’air de vouloir l’accaparer toute la nuit. Elle déposa quelques pièces sur la table et se leva entrainant Aidan avec elle vers la sortie.
D’un pas tranquille, en bavardant ils se dirigèrent vers l’Autel, s’engageant dans les rues qui se vidaient au fur et à mesure qu’ils avançaient. Le soir tombant la ville redevient paisible sur fond de rires et de discussions émanant de l’auberge ou des maisons. C’était, avec le levé du jour, le moment favori de Lyra justement pour ce calme et cette lumière plus douce qu’en plein jour, elle s’y sentait mieux.

Lyra n’avait fait visiter ce temple à qui que ce soit, mais elle se souvenait de l’émotion qu’elle avait éprouvé en y entrant pour la première fois. Elle doutait qu’Aidan puisse ressentir la même chose, il était un adulte avec ses propres idéaux alors qu’elle y était entrée enfant avec une tête vide qui ne demandait qu’à croire, un peu à la manière de la Lyra du conte. Mais elle-même en visitant les temples des autres villes ne pouvait s’empêcher de ressentir un frisson face aux constructions des hommes pour leurs Dieux.
Faire preuve d’une telle dévotion était pour Lyra une forme de respect qu’elle pensait essentiel pour les hommes car elle donnait un but, une ligne de conduite importante pour le développement de tous, et ce quelque soit les croyances.

Lorsqu’ils arrivèrent devant les colonnes, elle se stoppa dans son babillage et présenta d’un geste de la main l’entrée de l’autel,

- Nous y sommes…le seul temple au monde construit pour un vaurien devenu du Dieu.
Après toi !


On pouvait entendre le sourire de Lyra dans sa voix. Elle ne cherchait pas à le convertir mais juste lui montrer l’une des merveilles de cette ville qu’elle aimait tant.


© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Mar 30 Avr - 14:49


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Les prénoms des personnages de contes étaient souvent matière à changement. La raison principale était qu’ils n’étaient pas très importants, car, contrairement à des chansons de geste ou des récits héroïques qui vantaient les qualités d’une personne en particulier, les contes se contentaient de raconter une histoire mille fois transposable, adaptable à presque tous les horizons, à tous les royaumes et toutes les époques. Le simple fait de prononcer les mots Il était une fois suffisait à changer le ton et à mettre l’état d’esprit des auditeurs sur un registre plus léger où certains détails n’avaient plus d’importance. Aussi, appeler la princesse Lyra était davantage une attention particulière de la part du Djinn qui n’y voyait là qu’un moyen de la taquiner légèrement, et, plus certainement, de l’impliquer, elle qui s’était isolée dans un coin de la taverne, bien loin de lui, même si, et il le voyait très bien, elle avait tout le loisir de l’entendre et de le voir parfaitement bien. Lui adressant quelques regards rapides le temps de son histoire, il avait essayé de voir si elle semblait intéressée ou non, en colère ou non, même si, pour le coup, il ne voyait aucune raison pour laquelle elle aurait pu se mettre en colère. Sachant maintenant qu’elle avait été l’apprentie de Kalen, il était vrai qu’il repenserait probablement à deux fois avant de raconter ce qu’il savait sur lui, vérifiant d’abord que la jeune femme au masque ne trainait pas dans les parages. C’était probablement mieux aussi, surtout pour sa santé. La manière dont elle l’avait accueilli en pensant qu’il était un voleur avait suffi pour lui indiquer qu’il valait mieux l’avoir de son côté que comme adversaire. Fort heureusement pour lui, lorsqu’il vint s’enquérir de son avis sur son histoire, elle ne sembla ni s’offusquer de celle-ci, ni de la petite allusion qu’il avait faite. Un soulagement, sans l’ombre d’un doute.

« Content de le savoir, jusqu’à cet instant je me demandais encore à quelle sauce tu allais me cuisiner si cela ne t’avait pas plu. » Il la taquinait, un peu. En réalité, il y avait effectivement songé, mais pas au point d’avoir peur d’elle. Elle était sans doute une redoutable combattante, après tout, elle faisait partie de la guilde des Guerriers, mais Aidan n’était pas un novice dans l’art de combattre et il était quasiment certain de pouvoir la mettre en difficulté si cela devait s’avérer nécessaire pour une raison… Ou pour une autre. Il hocha la tête lorsqu’elle lui indiqua qu’ils feraient mieux de quitter la taverne au plus vite pour rejoindre le Temple qu’elle avait promis de lui faire visiter. Tournant la tête vers la petite foule d’enfants qui n’étaient pas encore partis se coucher, cherchant tous à câliner l’Ocelot, le Barde appela son compagnon à quatre pattes qui s’extirpa sans difficulté de la petite marée humaine pour le rejoindre. Quelques enfants vinrent protester mais le Djinn se contenta de leur ébouriffer les cheveux avant de les pousser à rentrer chez eux et à dormir, il commençait à se faire tard. Les laissant à leur déception, il quitta l’auberge sur les talons de la guerrière. Elle ne semblait vraiment pas à l’aise avec les enfants. Aidan devait admettre, lui, que c’était ceux avec lesquels il était le plus en confiance, n’en ayant plus vraiment avec les adultes qui, s’ils connaissaient la vérité, ne rechigneraient surement pas à l’asservir en conséquence. Enfin, mieux valait peut-être ne pas trop y penser, la soirée se voulait « joyeuse », il était inutile de se miner l’esprit en pensant à des choses qui reviendraient bien rapidement. « Tu n’aimes vraiment pas les enfants, je me trompe ? » Ce n’était pas un reproche, juste un commentaire tandis qu’ils marchaient dans la rue.

Tandis qu’ils descendaient vers le lieu de culte, Aquilon avait prit place sur les épaules du Barde, jugeant inutile de se fatiguer à tenter de marcher à leurs côtés. Cela faisait longtemps que le Djinn ne se formalisait plus d’être ainsi utilisé comme une monture bien pratique et puis, il fallait l’admettre, parfois sa présence apportait une chaleur agréable, même si là, pour le coup, elle était légèrement gênante puisque les temps étaient bien plus cléments récemment. Ils arrivèrent finalement à l’autel et il put jauger de l’importance qu’elle lui portait étant donné qu’elle s’arrêta de parler, jugeant probablement ce qu’ils faisaient comme ayant bien moins de valeur que ce bâtiment qui s’offraient sous leurs yeux. Aidan connaissait l’histoire du Dieu Shoy, et, bien évidemment, il savait qu’il avait été effectivement un « vaurien » avant de devenir un dieu. Du moins était-ce ainsi que toutes les histoires avaient été racontées jusqu’à maintenant. Il devait donc s’agir de la vérité, du moins en partie. « Voilà qui a de quoi laisser songeur, n’est-ce pas ? L’idée que n’importe qui pourrait se voir ériger un culte et des autels tels celui-ci ? » Il jeta un regard en coin à la guerrière. « Enfin très peu pour moi… Je préfère ma vie comme elle est. » Il eut un petit sourire et se tourna complètement vers la jeune femme. « Et si tu me racontais son histoire pendant la visite ? » Il esquissa un sourire, l’air amusé. « Je sais, je sais… Je suis un Barde, et oui, je connais son histoire. Mais, pour une fois, j’ai bien envie d’en entendre une de la bouche de quelqu’un d’autre que moi ! »

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Mer 1 Mai - 11:37


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Lyra se contenta de hausser lentement les épaules quand Aidan lui dit qu’elle n’aimait pas les enfants. Le raccourcis était un peu facile, mais elle ne pouvait pas nier que les enfants ça n’était pas son fort ! Son domaine à elle c’était les épées, les armures, la cuisine…pas les petits gnomes qui fourrent leur nez partout. Les enfants ça se faufile et ça se mêle de tout et quand ils tombent sur Lyra la rencontre est souvent chaotique : soit elle leur fait peur, soit ils la collent avec leur question incessantes, rares sont les fois où elle avait pu trouver le juste milieu. Le résultat d’une éducation solitaire en partie et d’une grande maladresse qui la caractérisait. Elle bredouilla rapidement,

- Disons qu’il n’y a pas vraiment d’alchimie…mais si ça peut te rassurer je n’ai en mangé aucuns.

Arrivé au temple Lyra leva un sourcil pensant un instant qu’il ne connaissait l’histoire du protecteur des guerriers, mais réalisant que non il voulait juste l’entendre autrement elle fut rassurée. Elle n’était pas bonne narratrice, mais se dit qu’après tout elle pouvait bien faire un effort.

Lyra commença par dire à Aidan que non n’importe qui ne pouvait pas devenir un dieu. Shoÿ avait été un grand stratège et tacticien et que l’on utilisait encore ses méthodes aujourd’hui. Un garçon que rien ne prédestinait à cette vie et qui avait pourtant fait la différence au point d’être élevé au rang des dieux. On aurait pu déceler une pointe de fierté dans la voix de la jeune guerrière, mais peut-on vraiment le lui reprocher ?
La statue au centre du temple qui représentait Shoÿ se voulait fidèle : grand, fier avec des traits juvéniles et sérieux. Selon Lyra une peinture aurait mieux retranscrit son charisme, ne serait-ce que son regard perçant, mais à l’époque où l’autel avait été construit on avait dû vouloir mettre surtout l’accent sur son caractère de leader et la force du guerrier qu’il était.
Il ne fallait pas oublié que le lieu où ils se trouvaient en ce moment avait été bâtis du temps des dragons, une époque troublée où l’on avait besoin de symbole fort. Même l’emplacement de l’autel rappelait le fait que les guerriers étaient là pour protéger : le fait qu’il s’agisse d’une enceinte ouverte et la vue qu’elle offrait sur la ville y était imprenable, presque aussi vaste que celle que l’on pouvait avoir depuis les remparts.

Lyra flânait dans le temple en parlant, elle connaissait parfaitement les lieux mais comme elle l’aimait beaucoup elle ne s’en lassait jamais. Elle s’arrêta un instant pour s’assoir aux pieds de la statue, elle vit alors entrer quelques guerriers venues allumer les torches pour la nuit afin que l’enceinte reste toujours ouverte, Lyra les salua brièvement. Ils tombaient à pique, il commençait à faire sombre. Une fois parti elle releva son masque et sortie une pomme,

- On connait surtout de Shoÿ son goût du jeu et des femmes, sa quête du pouvoir, mais il était surtout le guerrier par excellence : il savait comment gérer une bataille, protéger ses compagnons et les mener à la victoire.
Ici on loue le guerrier...mais pas forcément l'homme.


Lyra croqua dans sa pomme, souvent elle avait rencontré des gens qui ne comprenait pourquoi le protecteur des guerriers était ce dieu, mais comme pour tout il faut chercher au delà des apparences. Elle prit la dernière pomme dans son sac et la tendit à Aidan.

- Une pomme ?

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Jeu 2 Mai - 10:19


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Il était rare de voir les gens « fuir » les enfants, mais, le plus souvent, cela témoignait d’une sorte de gêne, le sentiment de ne simplement pas savoir comment faire avec eux, certains par peur, d’autres bêtement par incompréhension. Il n’y avait aucun mal à cela. Tout comme certains avaient la main verte et étaient doués avec les plantes, certaines personnes étaient plus à l’aise avec les enfants que d’autres. Aidan faisait certainement partie de ses personnes, même si, au fond, il savait qu’il ne pourrait pas non plus passer son existence, pour le moment, avec une horde d’enfants autour de lui comme à la taverne quelques minutes plus tôt. Cela changerait peut-être, un jour, comme sa vision des autres, mais seul le Temps le lui dirait. « Pourfendeuse de Bardes et Mangeuse d’Enfants… Cela serait pourtant un titre intéressant à porter, quoiqu’on finirait vraiment par avoir peur de toi. » Il avait dit cela sur un ton très léger désignant avec facilité le fait qu’il la taquinait. Lyra n’avait pas l’air d’une méchante fille, juste peut-être un peu trop impulsive et pas à l’aise avec les enfants, mais personne ne pouvait lui reprocher cela. Du moins, il était malvenu de reprocher à un guerrier son sens de l’improvisation et de l’instinct, car, généralement, c’était cela qui le sauvait d’une mort certaine. Il n’y avait pas de place pour la réflexion dans un combat. Un fait que beaucoup ne comprenaient pas avant d’avoir réellement participé à un affrontement qui pouvait leur couter la vie. Lorsque la survie entre en jeu, les instincts primaires prennent le dessus, même si cela va à l’encontre de tous les principes moraux. Il est rarement possible de lutter à moins d’être doté d’une grande force morale mais, en ce bas monde, ce genre de personnes était rare, très rare, peut-être même un peu trop en réalité. Mais personne ne pouvait reprocher à quelqu’un de s’accrocher à la vie tant qu’il en était encore capable.

Le Barde resta silencieux tandis que la jeune femme commençait son histoire, non sans manquer de lui rappeler que n’importe qui ne pouvait pas devenir un Dieu, mettant l’accent sur les capacités hors-du-commun de Shoÿ qui lui avaient permis de se hisser à un tel rang. Préférant ne pas argumenter sur ce genre de propos un peu trop rhétorique et religieux à son goût, il laissa passer la « remontrance » et profita de la suite de l’histoire tandis qu’elle s’attardait sur la statue et s’amusa du fait qu’elle aurait préféré une peinture. Il était vrai que les statues n’étaient pas nécessairement des plus fidèles en terme de présence, même si, généralement, elles en imposaient quand même. Les bâtisseurs de l’époque avaient surement fait au plus magistral et, en ce sens, la statue était le choix qui s’imposait de lui-même. Il était vrai que l’on louait beaucoup les compétences militaires de celui qui était aujourd’hui un Dieu, mais, comme elle le rappela bien justement, l’homme, lui, n’était pas aussi vertueux qu’on aimerait le penser. Des histoires circulaient, et elles n’avaient rien de rumeurs. Shoÿ aimait effectivement le jeu et les femmes et était loin de pouvoir être considéré comme blanc comme neige, mais, à vrai dire, personne ne l’était vraiment. Même Kaal, le mentor de Lyra n’était pas l’homme que tous croyaient, même si, pour Aidan, c’était loin d’être un défaut, au contraire. Il y avait, pour le Barde, plus matière à se fier à quelqu’un de bon qui avait été par le passé mauvais ou dont la réputation était ternie d’une manière ou d’une autre, qu’à un homme qui ne semblait avoir aucun défaut. La perfection était loin d’exister en ce monde, en voir une « incarnation » devait nécessairement pousser au doute.

Jetant un œil aux guerriers qui étaient venus allumer les torches, le Barde se contenta d’un salut discret, jugeant que Lyra devait les connaître, du moins plus que lui. La lueur des flammes éclairait tout autrement le sanctuaire divin qui semblait s’animer d’une façon beaucoup plus martiale dans les feux dansants des torches accrochées aux murs. Le Djinn se retourna vers la jeune femme alors qu’elle lui proposait une pomme. Il acquiesça dans un sourire et vint s’en saisir avant d’y croquer tout en restant debout. « Le passage à la déité à l’avantage de gommer les défauts de l’homme. Il est rare que les cultes et les légendes tiennent mémoire des faits ombrageux qui ternissent l’image de leurs dieux ou de leurs icones. » Il eut un petit sourire avant de jeter un coup d’œil circulaire à l’ensemble du bâtiment. « J’imagine que tu aimerais être comme lui. Je parle du guerrier bien entendu. » Il doutait qu’elle ait le gout du jeu ou des hommes, bien que, bien entendu, il ne la connaissait pas assez pour pouvoir l’affirmer et, si c’était le cas, il n’était de toute façon pas celui qui lui ferait la morale. Chacun avait le droit de vivre comme il l’entendait, pas aux dépends des autres, bien entendu, mais l’amour de la chair et des jeux n’avait jamais tué personne, du moins pas au sens où l’entendait le Barde. Il s’arrêta face à la statue, essayant de s’imaginer l’homme qu’avait pu être ce Dieu avant de quitter cette terre. Il y avait eu bien des guerriers depuis lui et Aidan avait du mal à croire qu’aucun d’eux n’avait pu être son égal. Les capacités militaires s’apprenaient avec le temps et il n’était pas si difficile – à force d’exercices, d’expériences et de patience – à les maitriser et, qui plus est, il ne devait pas être délicat de trouver un « meilleur homme » que Shoÿ…

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Jeu 2 Mai - 23:21


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Lyra avait bien noté le petit air contrit d’Aidan lorsqu’elle l’avait repris sur le fait que Shoÿ n’était pas n’importe qui. Elle n’allait en aucun cas débattre de cela avec lui, il lui avait demandé de raconter alors elle l’avait fait, mais avec son point de vue de guerrière voilà tout. Elle ne s’en formalisa pas car c’était aussi ça qu’elle aimait bien dans leurs brèves conversations, chacun avait son point de vue sans essayer de faire plier l’autre.
Elle n’avait pas beaucoup l’occasion de discuter comme ça ici. Les guerriers ne sont pas franchement loquaces - elle ne faisait habituellement pas exception – et il était rare qu’elle parle à des étrangers.
Lyra croqua dans sa pomme observant un instant l’enceinte sous la seule lumière des torches à présent. Elle savoura l’air frais du soir sur son visage, le même qu’elle ressentait parfois sur ses épaules ou sur son cou, mais elle devait reconnaître qu’enlever son masque de temps à autre était plutôt agréable.

Elle acquiesça quand Aidan posa le fait qu’on préfère souvent se souvenir du bon plus que du mauvais. De la même façon qu’elle préfère se souvenir de Kaal pour ses moments héroïques que pour ses instants de faiblesses, elle retenait de Shoÿ sa bravoure et non ses déviances…et elle retenait d’Aidan sa compagnie agréable et non son air farouche quand elle essayait d’en savoir plus sur lui.
Il l’a sorti de ses pensées en supposant qu’elle aspirait sans doute à la même destinée que celle du guerrier dont ils avaient investi l’autel. Elle pouffa de rire manquant de s’étouffer avec sa pomme,

- Pourfendeuse de Bardes, mangeuse d’enfants et modèle de guilde…décidemment avec toi je n’ai que l’embarras du choix !

Elle commença à se dire qu’il devait vraiment avoir une drôle d’image d’elle, mais Lyra ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Après tout il n’aurait fait qu’interpréter ce qu’elle lui avait laissé voir de son caractère. Malgré cela il était toujours là a lui parler, c’est que ça ne devait pas le déranger tant que ça.

- Non pour ma part je me contenterais largement d’être quelqu’un de bien.

Ca pouvait paraître bateau, mais c’était la vérité. Lyra n’aspirait qu’à une chose être utile et respectée tant entant que guerrière, que personne. La seule promesse qu’elle ait jamais faite était d’être fidèle à ce qu’elle avait appris et à son rôle de guerrière. Mais bon elle était encore jeune et il lui faudrait sans doute une vie entière pour y parvenir, alors bateau peut être, mais pas vide de sens.

Depuis le sol Aidan lui parut encore plus grand, avec son masque flanqué sur le front elle le voyait à peine. Elle le retira donc et le posa au sol, redevenant une jeune fille normale si on omettait son regard écarlate. Elle sourit doucement,

- J’espère que je ne t’ennui pas avec mon bavardage ? Mais j’avais envie de te montrer cet endroit.
C’est un lieu important pour les habitants, les guerriers, moi…et je pense qu’on ne peut pas vraiment comprendre les gens d’ici si l’on a pas fait un crochet par le temple.


Lyra s’arrêta pour croquer dans sa pomme histoire de la terminer mais surtout pour se taire. Elle eut soudain l’impression de se livrer un peu plus que nécessaire. Ca c’était un comble, elle se souvenait avoir bataillé pour connaître quelques détails de sa vie, alors qu’elle était entrain de lui donner les clefs de sa personnalité. Surprise elle sonda un instant son esprit, elle appréciait sa compagnie elle ne pouvait le nier, mais avait-elle besoin de parler autant ?

Lorsqu’elle posa à nouveau son regard sur lui, elle aurait pu paraître légèrement troublée. C’est exactement pour ce genre de situation qu’elle porte un masque…Elle se releva afin de moins avoir l’impression d’être une petite chose à côté d’Aidan,

- Disons que peu d’étrangers viennent ici, alors c’est rare de pouvoir partager sa culture.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Lun 6 Mai - 14:46


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


A la lueur des flammes, l’Autel s’était orné de couleurs et d’ombres qui convenaient davantage à l’effigie d’un guerrier. Le calme du lieu le jour n’était décidément pas le meilleur moment pour admirer un Dieu tel que Shoÿ, il suffisait de poser un nouveau regard sur l’immense statue pour le comprendre désormais. Espérait-il seulement que le climat politique se détériore davantage pour embraser l’ensemble du continent ou espérait-il plutôt à la paix ? Il était difficile d’imaginer qu’un homme ayant passé son existence à faire la guerre puisse, un jour, aspirer à la chasser d’un revers de la main. Le Dieu des Guerriers pourrait-il seulement retirer le souffle destructeur qui soufflait sur les plaines et collines des Royaumes ? Y avait-il seulement quelque chose qu’il pourrait faire pour éviter que les hommes continuent à s’entretuer de la sorte ? N’était-ce pas lui qui veillait à ce que chacun d’entre eux n’oublient pas qu’ils possédaient la force et la violence de se chercher querelle jusqu’à ce que se répandent le sang et les corps ? La théologie n’était pas un domaine qu’appréciait le Barde. Oh, bien entendu, il avait ses préférences en matière de dieux et de déesses, mais il n’était pas certain d’y croire réellement. Si tant est que toutes ces incarnations existaient réellement quelque part, entre les mondes, et si on leur prêtait tous ces faits extraordinaires, pourquoi n’intervenaient-ils pas davantage ? Pourquoi n’interféreraient-ils pas dans ce monde qui, d’une manière presque certaine, ne tournait pas si rond qu’on pouvait le croire. Il n’eut cependant pas le temps d’y réfléchir – chose heureuse car ce n’était pas ce à quoi il aimait penser de toute façon – la réaction de Lyra à sa question le prenant un peu de court. Qu’avait-il pu dire de si drôle ? Au contraire, il avait été on ne peut plus sérieux.

Il la regarda tandis qu’elle lui expliquait, en quelque sorte, pourquoi elle avait manquée de s’étouffer avec une bouchée de sa pomme en riant. S’était-elle méprise sur le sens de sa question ? Il ne la voyait pas comme un « modèle de Guilde », mais avait simplement suggéré qu’elle ait pu vouloir être celle qui, comme Shoÿ avant elle, aurait pu être douée en stratégie et dans l’art du combat. Il haussa un sourcil quand elle lui avoua se contenter d’essayer de devenir quelqu’un de bien. Quelqu’un de bien… Il mordit dans sa pomme sans la quitter des yeux, réfléchissant quelque peu à ce que cela pouvait bien signifier réellement. « Tu sais… Les notions de « Bien » et de « Mal » ont cette particularité d’être habilement manipulable et très ambiguës. » Il jeta un regard vers l’extérieur où l’obscurité reprenait le pas sur la lueur des flammes. Tout le monde voulait devenir « quelqu’un de bien », mais, généralement, deux personnes avaient rapidement une notion différente de ce même « bien ». L’une pourrait imaginer que voler de la nourriture pour les nécessiteux est une bonne chose, l’autre, y voyant un manque pour le marchand, n’y verrait que le mauvais côté et la considèrerait néfaste. « Mais j’ai une petite idée de ce que tu entends par là. » Il eut un petit sourire pour elle. « Cela ne t’empêche pourtant pas d’aspirer à devenir une excellente combattante et experte en tactiques et en stratégie. Voilà plutôt le sens de ma question. » En même temps, cela devait être l’ordre logique des choses pour une guerrière. Sans cesse s’entrainer, encore et encore, jusqu’à se dépasser et maitriser davantage sa voie. Un peu comme le Barde apprend de nouvelles histoires et d’autres façons de distraire, le Guerrier, lui, maitrise de nouvelles armes pour défendre, ou, ce qui revient souvent au même, tuer.

Un peu perdu au milieu de l’Autel, conscient qu’il n’appartenait décidément pas à cet endroit, Aidan se demandait s’il ne valait peut-être pas mieux qu’il ne le quitte. Son absence de Foi était probablement une insulte à tous ceux qui mettaient beaucoup d’eux-mêmes à croire en celui dont le portrait était représentait de manière si colossale. La voix de Lyra le tira de nouveau de sa contemplation. « Je passe ma vie à raconter des histoires. Si je n’étais pas capable d’en écouter, je n’irais pas très loin dans ma profession. » Il eut un petit sourire. Pour pouvoir raconter des histoires, il fallait d’abord les apprendre et, généralement, elles se passaient de bouches à oreilles. On pouvait aussi en écrire certaines comme il le faisait dans ses carnets, notamment lorsqu’il inventait des contes, mais les légendes, les rumeurs, ne prenaient jamais le temps de se consigner, du moins pas le temps d’un Barde. Le Djinn avait entendu de son mentor que leur point de chute possédait une large bibliothèque contenant pas loin de toutes les histoires racontées ou chantées depuis le début des Temps mais le scepticisme du jeune homme l’avait poussé à douter de l’exactitude de ces propres même s’il imaginait bien que la bibliothèque devait contenir un nombre impressionnant d’ouvrages divers. Il n’avait cependant pas jugé utile d’y jeter un œil, peut-être parce qu’il n’était pas spécialement pressé de rencontrer les siens, ou, plus justement, de s’exposer inutilement. La voix de la jeune femme le ramena à la réalité une nouvelle. Elle s’était relevée et ne portait plus son masque qui reposait par terre, non loin de la statue. « Ce n’est jamais un ennui de partager la culture de quelqu’un, mais, à force, je ne serai plus un étranger, où que j’aille. » Il eut encore un autre sourire, mais, d’une certaine manière, c’était vrai également. Mais était-ce un mal ? Peut-être pas tant que ça.

© Codage par Sholayek




Dernière édition par Aidan Akh'Arbas le Ven 10 Mai - 8:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Lun 6 Mai - 23:51


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Si Lyra avait grandit dans ces murailles et dans cette culture de la guerre et du combat, elle n’en avait pas moins son propre avis sur les Dieux. Comme la plupart des habitants de cette Terre elle avait bien était obligée de tirer les conclusions de leur inaction.
Selon elle les Dieux n’avaient pas à intervenir, car là n’était pas leur rôle. Ils avaient fait leurs preuves durant leur vie sur Terre et avaient été récompensés en accédant à un niveau de vie supérieur. Ils étaient par conséquents devenus des modèles, des symboles…pas des sauveurs. Et puis admettons qu’ils se manifestent, qu’ils prennent parti cela serait-il vraiment une bonne chose ?
Elle préférait que les disciples comme elle s’inspirent de ces modèles plutôt que d’attendre patiemment leur retour sans rien faire.

Aidan précisa sa pensée et permit à Lyra de réajuster sa réponse en conséquence,

- Mais c’est là le but de tous guerriers…alors oui je suppose que j’aimerais être comme lui…

Elle fixa un instant la statue, pensive. Lyra savait qu’elle ne serait jamais une grande stratège, elle avait déjà du mal à se plier aux ordres, mais être une experte en combat pouvait être à sa portée. Ils passaient beaucoup de temps à s’entraîner, se perfectionner. Elle était capable de manier plusieurs armes, connaissait ses points forts et ses points faibles, mais elle était encore une jeune guerrière. L’expérience lui apporterait le reste.
Elle n’aimait pas l’idée que le guerrier soient assimilés à des bourrins sans jugeote. La plupart des guerriers qu’elle connaissait était capable de penser par eux-mêmes et de dire non à un ordre abusif. Elle-même n’avait jamais ôté la vie à qui que ce soit, et voyait plus les guerriers comme des protecteurs qui ne combattent que si nécessaire que comme des meurtriers dégainant à la moindre occasion. En cela elle ne se reconnaissait pas en Shoÿ pour qui la solution à ses problèmes passait par l’affrontement.

La nuit prenait le pas sur l’autel, il devait commencer à se faire tard. La lumière dansante des torches soulignait leur trait, elle pu donc ainsi lire sur le visage Aidan qu’il se posait un tas de question. Il n’était pas d’ici et il était, qui plus est, un voyageur chevronné. Il devait pas se sentir à son aise.
Il finit par lui dire qu’elle ne l’ennuyait pas, ce qui la rassura profondément.

- En tout cas ici tu commences à être victime de ton succès.

Ne plus être un étranger était-ce si important pour lui ? Cherchait-il à se cacher ? Lyra se dit qu’elle avait vu juste lors de leur dernière rencontre, il cachait bien quelque chose. Ce qui ne manqua pas de piquer sa curiosité, mais elle n’insista pas n’ayant aucune envie de le braquer.
Elle ramassa son masque sur le sol,

- Peut être que si un jour je passe par la cité des Bardes tu pourras me montrer une partie de ton univers.

Elle lui sourit doutant fort que cela arrive un jour. Mais elle l’aurait fait avec plaisir.
Lui indiquant la sortie elle proposa poliment avec un ton moqueur,

- Je vous raccompagne Monsieur le Barde ?

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Ven 10 Mai - 9:12


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen


Aidan resta pensif quelques instants à la réponse de la jeune femme. Difficile de dire si c’était vraiment à cela qu’aspiraient tous les guerriers. Dans l’idéal, c’était certainement tout ce qu’on espérait mais le Barde n’était pas convaincu du fait que tous les hommes qui rejoignaient les rangs de cette guilde le faisaient pour un objectif aussi altruiste. Après avoir parcouru au moins une fois le monde, voire davantage, le Djinn commençait quelque peu à comprendre ceux qui n’hésitaient pas à se servir de lui dès qu’ils en avaient l’occasion. L’ambition personnelle, le matérialisme, l’assouvissement de passions viles et brutales… Le revers de la médaille n’était pas glorieux pour les Hommes mais, d’une certaine manière, ils n’étaient pas les seuls. Tous les êtres de ce monde n’étaient pas nécessairement mieux lotis, et les hommes n’étaient pas les seuls à blâmer, mais rares étaient ceux qui avaient la force morale nécessaire pour mener une vie droite et juste, ou du moins, pas complètement tournée vers eux-mêmes. Il doutait que tous les guerriers partageaient un idéal comme celui de la jeune femme, mais, qu’au contraire, certains s’engageaient certainement pour assouvir leurs besoins de violence. Enfin, ce n’était pas vraiment la question. « Je ne suis pas sûr que ce soit l’objectif de tous les guerriers, mais je pense que tu es parfaitement capable de devenir comme lui, sur le plan militaire de la comparaison bien entendu. » Le Barde eut un petit sourire. Il n’était pas vraiment homme à prendre des pincettes de toutes façons. S’il ne devait pas apprécier quelque chose, il n’était pas du genre à faire comme si de rien n’était et même s’il n’était probablement pas le mieux au courant en ce qui concernait tous les guerriers que côtoyait Lyra, on était rarement surpris par le genre humain et les généralités qui en découlent.

Lorsqu’elle lui fit remarquer qu’il était victime de son succès, ici, à Brèche, le fit sourire. En réalité, il n’était pas vraiment convaincu de cela. La seule chose qui faisait que son passage était animé revenait simplement au petit détail concernant sa « profession ». Un Barde suscitait toujours une certaine excitation et Aidan ne doutait pas que n’importe quel autres des « siens » faisait un même effet, voire davantage, à chaque passage dans cette cité. Qui plus est, il se contentait de raconter des histoires tandis que d’autres allaient jusqu’à chanter en plus de jouer d’un instrument et de bien belles musiques. Non pas que le Djinn étaient jaloux de ses confrères, loin de là, simplement que, même s’il en était venu à apprécier son rôle de « divertissement itinérant », il n’était rentré dans la profession que pour subvenir à ses besoins et non par réelle envie. Qui plus est, cela permettait d’attirer l’attention des gens ailleurs que sur lui, physiquement parlant, et cela permettait de laisser sa nature profonde dans l’ombre de ses « talents » oratoires. « Tous les Bardes sont victimes de leurs succès, et je doute être celui qui soit le plus martyrisé par celui-ci. » Mais ce n’était pas le but de toute façon. Il se contentait allègrement de quelques piécettes, de quoi passer ses nuits en ville au chaud et de quoi manger quelque chose de consistant tous les jours. Ce n’était d’ailleurs pas forcément évident, mais il ne se débrouillait pas trop mal et voyager était un plaisir qui effaçait rapidement le simple fait de ne pas avoir tous les jours le ventre plein, ni un matelas et une couverture bien douillette pour se tenir au chaud. La vie était parfois dure, mais, au centre de la nature et loin de toute menace d’esclavage, elle restait belle, ce qui était bien l’essentiel pour lui.

« Il faudrait pour cela que j’y sois en même temps que toi. J’y passe fort rarement. Mais nul doute qu’un autre Barde pourra te faire découvrir cet « univers ». » C’était vrai. Aidan évitait généralement de passer par cet endroit-là. Peut-être parce qu’il ne s’y sentait pas à l’aise, simplement parce qu’il n’avait pas l’impression d’être vraiment des leurs. A l’instar de Lyra et de ses guerriers visant un idéal, le Djinn lui, ne partageait pas cette volonté commune avec les siens d’aspirer vers une sorte d’idéal du barde. En quelque sorte, il pouvait être vu comme un mouton noir, un électron libre qui gravitait autour d’une sphère et en partageait quelques éléments mais sans vraiment en faire partie. Et puis la solitude était sa compagne depuis fort longtemps, autant parce qu’il l’appréciait que parce qu’il en avait besoin pour survivre. Avec le temps, il avait croisé quelques Djinns. Il n’était pas très difficile de se reconnaître entre eux, mais aucun ne vivait réellement au grand jour. Tous essayaient de cacher ce qu’ils étaient parce qu’au fond, ils savaient tous ce qui les attendait s’ils devaient être découverts. Alors qu’elle lui indiquait la porte tout en lui proposant, sur un ton intimement moqueur, de le raccompagner, il ne put s’empêcher de prendre une mine atterrée. « La visite est déjà terminée ? Voilà qui est tout de même un peu triste. » Il jeta un dernier regard circulaire à l’autel avant de s’approcher de la jeune femme. « Mais il serait peu judicieux de s’opposer à une Guerrière, n’est-ce pas ? » Il lui fit un clin d’œil avant de se diriger vers la porte. « Dis-moi… Que fait une guerrière lorsqu’elle n’est pas en service ? J’imagine qu’il n’est pas coutume de faire visite de l’autel aux étrangers ignares comme moi, si ? »

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 19 Mai - 16:35


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Lyra haussa les épaules lorsqu’Aidan lui dit qu’il n’était pas sûr que tous les guerriers aient le même objectif. Lyra n’était pas naïve et savait parfaitement que tous n’avaient pas des intentions nobles, mais était-ce une raison pour supposer qu’ils étaient tous des meurtriers en puissance ? Enfin…à priori il ne la mettait pas dans cette case, ce qui était déjà une bonne chose. Elle en aurait été particulièrement vexée.
Aidan semblait avoir une vision assez négative du monde. Pourtant il ne cessait de le parcourir. Il n’avait pas l’air beaucoup plus âgé qu’elle et elle était curieuse de savoir ce qui l’avait rendu si blasé quand elle ne cessait d’avoir foi dans ce monde et souhaitait le protéger. Pour sûr, il était arrivé quelque chose à ce garçon, elle finirait peut être par savoir quoi…

Aidan temporisa lorsqu’elle lui dit qu’il était victime de son succès, pour lui c’était le cas de tous les bardes. Comme s’il prenait un malin plaisir à réfuter tout ce qu’elle pouvait dire, elle ne put s’empêcher de sourire. Ce qu’elle voulait dire c’était qu’entre les enfants qui lui sautaient dessus et elle toujours dans ses pattes, à Brèche il serait difficilement tranquille, lui qui avait l’air de tant tenir à son anonymat.
Comme elle le pensait il pourrait difficilement lui rendre la pareille concernant une éventuelle visite de la citée des bardes.

- Un autre barde ? Mmmh, je n’ai pas franchement l’intention de faire ami-ami avec tous les bardes qui croiseront ma route…

Elle avait dit cela dans un sourire comme une plaisanterie, bien que cela soit vrai. Ce qui l’intéressait en vérité c’était plus son histoire à lui que celle des bardes, mais elle ne se risqua pas à le lui dire.
Son regard se posa un instant sur la statue de Shoÿ et elle pensa que ses préoccupations actuelles étaient loin de la guerrière qu’elle voulait être. Mais elle ne culpabilisa pas pour autant, après tout ce soir n’était qu’une soirée dans sa vie, et pour être honnête il y avait peu de chance qu’elle le recroise bien qu’elle aurait aimé le revoir.
Elle fut surprise par l’étonnement d’Aidan, c’était une enceinte ouverte s’attendait-il à une porte dérobée ? A des détails plus croustillants ? Si c’était le cas Lyra ne les connaissaient pas, elle lui avait dit tout ce qu’elle connaissait sur cet endroit si important pour elle. Quand il s’approcha pour lui dire qu’il n’allait pas la contredire elle eut un petit rire,

- En effet je te le déconseille !

Elle lui emboîta le pas, jetant un œil derrière elle voir si Aquilon suivait et entendit d’une oreille distraite sa question, Lyra répondit donc sans réfléchir aux mots qui sortiraient de sa bouche,

- Aux étrangers ignares non, mais les amis pourquoi pas…

En s’entendant parler, elle se dit que c’était un peu prématuré et s’empressa donc de répondre à sa question,

- Comme tu l’auras remarqué les guerriers ne sont pas connus pour leur éloquence.
Alors quand je ne suis pas en service je m’entraîne, beaucoup,…la majeure partie du temps enfaite. Le but étant d’être toujours en forme, prête à partir. Mais j’ai aussi, comme ce soir, quelques plages de temps libres où je peux faire autre chose.
Par exemple si je ne t’avais pas croisé, je serais peut être venue ici mais pour jouer de la flûte…ça fait un moment que je n’ai pas trouvé un peu de temps pour pratiquer.


En effet Lyra ne prenait pas beaucoup de temps pour elle, lorsqu’elle cuisinait pour l’auberge ou qu’elle jouait de la musique ici, elle s’évadait le temps d’un instant et réfléchissait sur son avenir. Des moments rares mais important pour elle qui lui permettait de faire le point. Cependant elle ne regrettait pas une seconde de ne pas avoir pu le faire ce soir.

- Enfaite la plupart des guerriers restent entre eux au Quartier Général pendant leur temps libre. Personnellement j’a besoin de sortir de cette ambiance et de me retrouver seule.
Je suppose que là encore tu devais t’attendre à autre chose, mais désolée de te décevoir, la vie de guerrier est bien monotone en ce moment…je ne suis pas prête de sauver le monde.


Elle ajouta cela avec un clin d’œil en référence à sa boutade lorsqu’ils se sont croisés un peu plus tôt sur le marché.

- Et par soucis d’équité, que fait un barde pendant son temps libre ?

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 19 Mai - 21:05


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Il était difficile de réellement « classer » Lyra dans une catégorie ou dans une autre. Il y avait beaucoup de choses d’elle qu’il ne savait pas, et, pour être tout à fait franc avec lui-même, il n’était pas certain de réellement vouloir le faire. Pour lui, il y avait deux types de personnes : lui et les autres. Elle voyait juste sans le savoir, il avait un passif relativement délicat et il n’était pas près de s’en détacher, surtout parce que rien dans ses expériences récentes ne lui permettait de remettre réellement en cause ce qu’il pensait des autres. Combien de personnes dans cette ville ne se soucieraient pas du fait qu’il soit un Djinn ? Combien essayeraient de le forcer à réaliser des vœux ? Même Lyra, qui semblait avoir un bon fond, n’était pas forcément de celles qui pourrait accepter de le laisser partir alors que, justement, il avait les moyens d’exaucer le moindre de ses rêves. Peu acceptaient de laisser passer une telle opportunité et, dans ces cas, rares étaient ceux qui conservaient une morale inébranlable, car, finalement, ils ne voyaient pas le problème sous-jacent. Pour eux, la magie opérait entièrement et, pour le Djinn, tout le procédé était forcément indolore. Ce qui, bien entendu, n’était pas le cas. L’utilisation de ses pouvoirs dans le but de satisfaire les gens était particulièrement difficile pour le Barde qui en ressortait toujours complètement épuisé, à la limite de l’inconscience. Mais c’était là le genre de détails que le commun des mortels ne retenait jamais. Enfin, ce n’était pas là le point de cette rencontre de toute façon. « Certains méritent surement de faire leur connaissance, mais j’imagine que c’est à peu près le cas de tout le monde dans ce monde, n’est-ce pas ? » Il ne pensait pas réellement ce qu’il disait mais il était vrai qu’il n’était pas le seul Djinn sur ces terres et qu’il y avait au moins eux qui devaient le comprendre.

Il n’eut pour toute réponse à sa petite provocation menaçante. « Loin de moi l’idée de me retrouver avec une guerrière en furie sur les bras. » Il fit un pas en arrière pour se prémunir d’une quelconque répartie physique et prit le chemin vers l’extérieur. Il ne fit pas particulièrement à la réponse qu’elle fit concernant les visites, absorbé qu’il était pas l’étude du ciel nocturne. Tandis qu’il profitait de la légère brise d’air frais qui glissait sur sa nuque, il jeta un léger regard derrière lui pour s’assurer que Lyra le suivait avant de lui demander ce qu’elle faisait pour son temps libre. Aquilon lui, lambinait derrière, profitant de l’obscurité pour s’offrir une invisibilité quasi parfaite dans les ombres, sans compter certains reflets qui trahissaient parfois sa présence à la lueur de la nuit. Il fut amusé de voir que finalement, elle avait un passe-temps particulièrement étonnant pour une combattante. Il n’était pas usuel de voir des personnes douées pour se battre jouer de la musique, peut-être parce qu’il estimait qu’il s’agissait là de quelque chose de radicalement opposé, mais, d’une certaine façon, c’était peut-être là un moyen d’avoir une sorte d’équilibre, même s’il n’allait pas jusqu’à émettre une quelconque hypothèse à ce sujet. « De la flûte ? Vraiment ? Voilà qui est intéressant et, pour le moins inattendu pour une guerrière. » Afficher sa surprise n’était pas difficile, puisqu’au final, il semblait difficile de l’imaginer avec la patience nécessaire pour jouer de la flûte, elle qui, depuis qu’il l’avait rencontrée, semblait plus impulsive et plus proche de l’action que n’importe qui d’autre. Il haussa les épaules lorsqu’elle lui confia que sa vie était particulièrement monotone ses derniers temps. « J’imagine que tu peux être heureuse que ce soit le cas, si tu dois en venir à sauver le monde, je doute que cela soit une partie de plaisir… »

Son ton s’était fait un peu plus distant, mais il n’était pas difficile d’imaginer pourquoi. Les récits de guerre n’étaient pas des contes de fées et, avec eux, voyageaient souvent la mort et l’horreur. Il n’était pas de monde où les combats n’étaient pas sanglants et déchirants. Ceux qui mourraient sur les champs de bataille étaient des pères, des fils, des frères ou des époux… Combien de familles se retrouvaient brisées après chaque affrontement ? Oh, il y avait la victoire et la défaite, mais même dans la victoire il y avait toujours ceux qui seraient inconsolables, ceux à qui on rappellerait que ceux qui sont morts le sont pour leur royaume, qu’ils ont battus honorablement… Une simagrée de mensonges car tout le monde savait que, dans la bataille, l’honneur ne comptait plus, seule la survie était encore sur toutes les lèvres et dans tous les esprits. Il tourna la tête vers elle tandis qu’elle lui retournait la question par « équité ». « Un barde de manière générale, je ne sais pas. Si je dois répondre pour moi, je dirais que je ne fais pas grand-chose. Je me repose, j’observe, les paysages, les gens, les évènements. J’invente parfois de nouvelles histoires. Ce n’est là rien d’extrêmement passionnant non plus, j’en ai bien peur. » Après tout, il n’y avait pas grand-chose à faire lorsqu’on passait son temps en solitaire à voyager sur les routes. A part se poser sur le bord d’un chemin, s’installer sur un rocher à observer le monde défiler sous ses yeux, il n’y avait rien à faire. Certains pouvaient trouver cela ennuyeux, mais, pour Aidan, c’était agréable, reposant, ressourçant et, surtout, loin des autres, il n’était plus vraiment nécessaire pour lui d’être sur ses gardes.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Mer 22 Mai - 21:03


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Lyra avait beaucoup de mal à cerner le jeune barde. Il se montrait tantôt distant comme s'il craignait qu'elle ne devienne trop familière, et tantôt taquin comme s'il était en présence d'une veille amie. Elle n'était pas douée dans les relations humaines, mais elle avait compris depuis un petit moment qu'avant de faire tomber le masque d'Aidan, en supposant qu'il lui en laisse l'occasion, cela lui prendrait du temps. Mais pour être honnête, les secrets d'Aidan n'avaient pas vraiment d'intérêt pour Lyra, car au final ce qui l'intéressait réellement c'était lui et non son histoire.
Alors qu'ils avançaient vers les rues sombres de la citée, elle reposa son masque sur son visage. Elle retrouva avec le sourire le confort et la protection qu'il lui offrait à l’abri des regards.
Pensait-il réellement que tout le monde méritait d'être connu ? Elle n'y crut pas une seconde et se contenta de hausser les épaules. De son point de vue, certaines personnes ne méritaient pas que l'on s'attarde sur elles, mais elle ne se lança pas dans ce débat.

Alors qu'il la taquinait encore une fois sur son impulsivité et son agressivité elle eut un petit rire. Décidément cette étiquette lui collerait à la peau où qu'elle aille. Bien qu'elle essayait de travailler là-dessus, elle ne pouvait totalement gommer son côté fonceuse, après tout c'était pour elle un avantage autant qu'un inconvénient. Mais bon, apporter un peu d'équilibre là-dedans serait tout de même judicieux...

- Quoi ? Les guerriers ne peuvent donc pas être amateur de musique à tes yeux ? Lança-t-elle dans un sourire. Tu serais surpris du nombre de guerrier qui joue d'un instrument, chante, danse...il faut bien qu'on s'occupe, qu'on se distrais lors des longues missions.

Il lui revint alors en mémoire l'une de ses dernières missions où malgré le froid et les pertes dans leur convoi, ils avaient tous ris, danser et chanter le soir. Cela avait resserré les liens dans l'équipe et leur avait permis d'avancer de plus belle. Il est vrai que la musique était rarement très élaborée et que les chansons parlaient souvent –trop souvent à son goût d’ailleurs- de jolies filles aux cuisses légères, mais il fallait bien se donner du courage, se rappeler que la vie continuait et qu'on les attendait tous quelque part.

- C’est d’ailleurs Kaal qui m’a appris. Parmi les nombreuses choses qu’il a tenté pour me canaliser, c’est ce qui fonctionnait le mieux.

Elle avait été une enfant turbulente, incapable de se concentrer cinq minutes, mais comme tout le monde, du moment que ce qu’on essayait de lui enseigner était quelque chose qui l’intéressait, elle était alors une élève modèle…quelques heures durant…
Son Maître avait été le premier surpris de voir qu’elle suivait avec toute l’attention dont elle était alors capable ses leçons de flûte. Bien sûr n’étant pas un expert lui-même, il connaissait que quelques mélodies agréables et était capable d’improvisation, Lyra ne pouvait prétendre au titre de musicienne. Mais en tant qu’amateur, elle ne se débrouillait pas trop mal si l’on était indulgent sur les fautes de rythme et d’accroche.

Elle fut surprise qu’il reprenne son ton distant, s’imaginait-il qu’elle rêvait d’un monde à feu et à sang ? Elle était certes une jeune novice, mais avait vu assez de bataille pour ne pas en souhaiter. Elle lui répondit donc sur le même ton,

- Non effectivement et ça n’ait jamais une partie de plaisir de toute façon…
Mais je ne suis pas heureuse pour autant, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’affrontement à tous les coins de rue que notre pays est en paix, et c’est bien ce qui m’inquiète…


Les ombrages gagnaient du terrain ça n’était un secret pour personne, même pour un voyageur. Mais peut être qu’Aidan ne se sentait pas concerné par ces évènements, elle ne lui en tenait pas rigueur mais elle espérait qu’il ait assez de jugeote pour ne pas s’imaginer que tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Elle chassa ces pensées et l’écouta parler de comment lui occupait son temps libre. Lyra eut un sourire amusée,

- Dis comme ça, en effet, ça n’a pas l’air ! Mais je suis pourtant sûre que c’est bien plus passionnant que l’entrainement à longueur de temps !

Aux yeux de Lyra il avait l’air d’avoir la belle vie, lui il n’avait pas à se lever aux aurores pour passer sa journée à répondre à des ordres. Mais elle ne pouvait blâmer qu’elle pour ça ! Elle avait choisit cette vie.
Lyra réalisa que cela faisait quelques heures qu’elle accaparait Aidan et sourit derrière son masque. C’était probablement l’une des premières fois qu’elle conversait aussi longtemps avec quelqu’un depuis la disparition de son Maître. Elle trouva amusant que quelqu’un rencontré par hasard et qu’elle avait peu de chance de recroiser ait pris soudain une place particulière dans sa tête, car à présent qu’elle le revoit ou non elle se souviendrait toujours d’Aidan le barde et de son chat Aquilon, alors qu’elle serait incapable de donner le nom de certains guerrier qu’elle croise pourtant tous les jours.
En marchant à ses côtés elle se demanda un instant s’il garderait lui aussi un souvenir sympathique d’elle ou si pour lui ce genre de rencontre étaient coutumières.

Au détour d’une rue on pouvait étendre un plus distinctement le brouhaha qui s’élevait de l’auberge. Lyra arrêta de marcher et prit le bras d’Aidan pour l’inciter à faire de même, elle semblait écouter avec attention puis désigna l’auberge de la main,

- Tu entends ? De la musique, Au son de sa voix on pouvait deviner son sourire, Et on dirait du chant de guerriers…ou de soiffards, mais je te l’accorde c’est presque pareil… Elle recommença à avancer dans la rue, lâchant le bras du barde, On dirait que tu ne vas pas beaucoup dormir cette nuit !

Elle se moquait, amusée de l’imaginer subir cette compagnie pour le reste de la nuit, car une fois lancée les soirées à l’auberge pouvait être très longue, elle en savait quelque chose pour y avoir travaillé plusieurs soirs.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 30
Messages : 1395
Messages RP : 72
Date d'inscription : 21/09/2012
Date de naissance : 08/09/1987
avatar

Barde apprenti

Personnage
Camp : Gualias
Race: Dijinn (air)
Métier: Voyageur

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Sam 25 Mai - 22:46


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Aidan ne fut pas surpris de voir la jeune femme remettre son masque alors même qu’ils ne venaient que de quitter l’autel de Shoÿ. Il ne comprenait pas trop qu’elle puisse le porter en toute circonstance, mais, d’une certaine manière, il faisait pareil. Certes, ce n’était pas aussi physique qu’elle mais, au final, ils se ressemblaient peut-être plus qu’ils ne pouvaient le croire. Cette idée le fit sourire dans l’ombre mais il garda cette réflexion pour lui. Inutile de lui faire remarquer qu’il portait lui aussi un masque, peut-être parce que cela ne pourrait que la pousser à se poser davantage de questions à son sujet, une chose pas nécessairement très sage quand on essayait de cacher sa réelle identité. Bien entendu, il ne mentait pas vraiment, mais, au fond, cacher le fait qu’il était un Djinn était pour lui suffisamment important pour le considérer comme un mensonge, un mensonge dans lequel il devait s’enfermer pour survivre. Un comble. Comme quoi posséder davantage de pouvoir n’aidait pas à s’affranchir des liens et à s’offrir une liberté, bien au contraire. Il haussa les épaules quand elle lui demanda s’il considérait que les guerriers ne pouvaient pas être de bons musiciens. « Ce n’était pas ce que je voulais dire… Bien entendu que tout le monde peut être amateur de musique, y compris les guerriers. Je ne t’aurais simplement pas imaginée avec une flûte… » Pourquoi ? Il n’aurait pas vraiment su le dire, peut-être parce que pour cela il fallait surement un peu trop de calme et qu’il ne l’imaginait pas du tout ainsi. Il était injuste de juger quelqu’un sur les apparences mais peu de gens étaient capables de ne pas s’y fier au premier coup d’œil, à la première rencontre. « Mais ne me demande pas avec quoi je t’aurais imaginée, je n’en ai aucune idée ! »

Le Barde acquiesça doucement quand elle lui expliqua que c’était son maître qui lui avait appris à jouer de cet instrument, rajoutant que, pour lui, c’était un excellent moyen de la canaliser. Ses propos illustraient bien à quel point il n’avait peut-être pas tout à fait tort finalement, non ? Il préféré cependant ne rien rajouter pour ne pas jeter d’huile sur le feu. « C’est une bonne chose de pouvoir s’échapper en jouant d’un instrument. Personnellement je ne sais pas jouer d’un instrument quelconque » Il soupira. « Je sais, ce n’est pas courant pour un Barde, mais disons que je me rattrape avec les histoires. » Après tout, il avait appris le « métier » sur le tard et n’avait pas vraiment songé à un instrument qui pourrait lui convenir. Aujourd’hui, il était peut-être un peu tard pour commencer, ou plutôt n’en avait-il simplement pas le temps, allez savoir. Et puis, au fond, ce n’était pas vraiment quelque chose de nécessaire, du moins de son point de vue. Ses histoires captivaient les auditoires et lui permettaient de vivre plutôt bien. C’était tout ce qu’il demandait, rien de plus. Quant aux conflits qui déchiraient cette terre… Il n’était pas certain de vouloir beaucoup en parler. Oui, ce genre de choses ne lui échappaient pas et pour cause, il l’avait vécu beaucoup plus directement qu’elle ne le pensait surement. « Je crains qu’un monde en paix soit une douce utopie qu’il ne sera possible qu’à caresser de l’esprit. Qu’il s’agisse de conflits armés à grande échelle ou simplement la vie de tous les jours, il y aura toujours des affrontements… » Qui laisserait les Djinns en paix ? Probablement personne. La cupidité des Hommes existerait toujours et, avec elle, toutes les plaies qui pouvaient en découdre, y compris la haine et la violence.

Heureusement, ils passèrent à autre chose. Même si cela ne l’enchantait pas vraiment de continuer à parler de lui, en quelque sorte. Evoquer des souvenirs aussi douloureux que les siens lui faisait encore moins envie. Il eut bien conscience qu’il ne donnait pas vraiment l’impression de mener une vie exaltante, mais, en même temps, ce n’était pas une vie qu’il préconisait pour les autres. S’enfermer dans un mensonge, craindre pour sa vie, sans cesse se méfier… Parfois, il était las d’une telle chose mais il était impossible de faire autrement. « J’imagine que chacune à ses bons côtés. Je suis certain que c’est une vie qui ne me déplairait pas non plus. » L’entrainement à longueur de temps était peut-être une bonne chose… S’enfermer dans l’effort, se donner encore et encore, jusqu’à être épuisé, lessivé, au point de ne plus pouvoir penser, de ne plus ressentir quoique ce soit d’autre que la fatigue et l’envie de se laisser couler dans les méandres du sommeil. Tout comme il fuyait sans cesse en avant, dans ses voyages, fuir sans cesse pour ne pas rester confronté à la même réalité. Oui, l’entrainement lui aurait peut-être convenu aussi, peut-être… Il fut néanmoins surpris quand elle attrapa son bras du sien, indiquant l’auberge de son autre main. Il entendait lui aussi les voix qui retentissaient faiblement dans la nuit et qui provenaient effectivement de l’endroit dont ils étaient partis. La proximité qu’elle avait instillée entre eux le laissa quelque peu perplexe avant qu’elle ne se remette à marcher et qu’il fasse de même. « On dirait que cela te fait plaisir de savoir que je vais peut-être passer une mauvaise nuit ? » Il avait dit cela dans un sourire amusé, se doutant bien qu’elle ne lui souhaitait probablement pas une telle chose. « T’aurais-je contrariée à ce point ? »

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 1040
Messages RP : 52
Date d'inscription : 23/09/2012
Date de naissance : 27/10/1992
Localisation : Cherche moi si tu es curieux !
avatar

Guerrier novice

Personnage
Camp : Impériaux
Race: Humain
Métier: Cuisinière

MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   Dim 26 Mai - 17:28


Un petit air de déjà vu...

Aidan Akh'Arbas- Lyra Belen



Lyra eut un petit rire lorsqu’il précisa qu’il ne l’imaginait tout simplement pas avec une flûte. Elle pouvait comprendre ça, mais elle lui disait pourtant la vérité elle aimait bien jouer de la musique et la flûte était le seul instrument qu’elle connaissait. Lyra était tout à fait capable de faire preuve d’assez de calme et de concentration pour en jouer, rarement très longtemps elle devait bien l’avouer.

Elle acquiesça quand il dit que c’était un bon moyen pour s’échapper, c’est exactement pour cela qu’elle aimait la musique. Elle se mettait dans une bulle le temps d’un morceau ou deux et oubliait le reste. Les tracas, les contrariétés tout s’effaçait avec quelques notes, ça avait presque quelque chose de magique.
Lyra fut un peu surprise d’apprendre qu’Aidan ne jouait d’aucun instrument, dans son esprit un barde racontait des histoires et le plus souvent accompagné de musique. Mais pour avoir entendu Aidan raconter les siennes elle devait avouer qu’il n’en avait pas besoin pour les rendre distrayantes. Et puis avec la vie qu’il menait il avait largement de quoi s’évader.

Lyra se dit qu’il avait raison, un monde paisible ça n’existait pas même s’il n’y avait pas de conflit armé. La nature humaine était belliqueuse, il y aurait toujours des faibles à protéger.

- Je ne suis pas sûr que ce genre de vie te convienne, lança-t-elle en souriant, La vie en communauté, je ne suis pas sûre que ce soit pour toi.

Elle le pensait tout à fait capable de se battre, de suivre des missions, mais supporter des guerriers à longueur de temps…cette idée la fit sourire. Oui elle se plaignait parfois de cette vie, mais dans le fond elle aimait aussi cette ambiance et le fait de savoir qu’elle pouvait compter sur sa guilde même si elle n’était pas la mieux intégrée.
Lyra rit quand il lui demanda si elle lui souhaitait du mal,

- Non pas du tout ! Et puis tu sais ce qui se passe quand on me contrarie.

Menace en l’air bien sûr, mais il était vrai que quand elle était réellement contrariée ça se voyait tout de suite avec ou sans masque.
Lyra passait un bon moment à échanger avec Aidan, bientôt ils étaient près de l’auberge dont l’agitation était la seule source de bruit dans la citée, plus loin le Quartier Général des guerriers semblaient lui à l’inverse dormir à poings fermés.

- Si ça peut te rassurer ils reviendront de toute façon dans leurs quartiers et l’agitation les suivra comme toujours !
Je t’abandonne ici cher Barde.
Elle le salua, Ce fut un plaisir de recroiser ta route, qui sait si tu repasses par Brèche n’hésite pas à venir me voir !

Elle espérait sincèrement qu’il le fasse, bien qu’elle en doute.

© Codage par Sholayek


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un petit air de déjà vu...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit air de déjà vu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sholaÿek :: Brécheuse :: La Brèche :: L'auberge-